Quantcast i24NEWS - Attentat de Londres: 8 personnes arrêtées en GB, une enquête ouverte en France

Attentat de Londres: 8 personnes arrêtées en GB, une enquête ouverte en France

Des membres des forces de l'ordre sur le pont de Westminster, à Londres, le 22 mars 2017
Daniel LEAL-OLIVAS (AFP)
Le Parlement britannique reprend sa session au lendemain de l'attentat

Le Parlement britannique a repris sa session jeudi au lendemain de l'attentat qui a visé le Palais de Westminster à Londres, faisant trois morts et des dizaines de blessés.

Les parlementaires ont observé une minute de silence à 09h33 locales et GMT. Une autre cérémonie avait lieu en même temps devant Scotland Yard, quelques centaines de mètres plus loin, en hommage notamment au policier tué dans l'attaque.

Une enquête a par ailleurs été ouverte en France au lendemain de cette attaque dans laquelle trois lycéens français ont été blessés, a annoncé jeudi le parquet de Paris.

L'ouverture d'une enquête par la justice française est une procédure classique du fait de la présence de trois Français blessés, dont deux gravement.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance du chef de "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste".

Les investigations ont été confiées à la Sous-direction antiterroriste (Sdat) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Sven Hoppe (POOL/AFP)

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault est attendu jeudi à Londres au chevet des Français blessés, des élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau (Finistère), en voyage scolaire.

La police britannique a pour sa part procédé jeudi à huit arrestations liées à l'attentat.

"Nous avons procédé à sept arrestations à six adresses différentes à Birmingham, Londres et ailleurs dans le pays", a indiqué le commandant de l'antiterrorisme à Scotland Yard Mark Rowley lors d'une déclaration.

La police a par ailleurs revu à la baisse le bilan de l'attaque la plus meurtrière ayant frappé le Royaume-Uni depuis douze ans. Il est désormais de trois morts, contre quatre annoncés auparavant: un policier de 48 ans, un homme d'une cinquantaine d'année et une femme d'une quarantaine d'années. Sept personnes sont toujours hospitalisées dans un état critique, a ajouté le commandant Rowley.

La BBC a également rapporté que la voiture utilisée par l'assaillant pour faucher les piétons sur le pont de Westminster a été louée à Birmingham.

La deuxième ville du Royaume-Uni est un fief des islamistes britanniques. Mohamed Abrini, "l'homme au chapeau" des attentats de Bruxelles l'an dernier et suspect-clé des tueries de Paris en novembre 2015 y avait séjourné l'été précédent ces attaques.

Un homme vêtu de noir et portant une barbe a lancé mercredi en début d'après-midi sa voiture contre la foule sur le pont de Westminster, face à Big Ben, tuant deux personnes et en blessant des dizaines d'autres. Il a ensuite poignardé à mort un policier en essayant de pénétrer dans le Parlement avant d'être abattu.

Daniel LEAL-OLIVAS (AFP)

"Les Londoniens ne se laisseront pas intimider"

L'acte, commis un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles qui ont fait 32 morts, n'avait toujours pas été revendiqué jeudi matin.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats suicide du 7 juillet 2005, revendiqués par des sympathisants d'Al-Qaïda, qui avaient fait 56 morts dans les transports en commun londoniens.

Parmi les blessés figurent trois élèves français du lycée Saint-Joseph de Concarneau (ouest), en voyage scolaire. Deux étaient dans un état grave mais leurs jours n'étaient pas en danger, selon un responsable de la région française.

Les portes de la station de métro de Westminster sont restées fermées alors que de nombreux policiers supplémentaires ont été déployés dans Londres.

Le pont de Westminster menant au Parlement était toujours fermé à la circulation pendant que les enquêteurs y poursuivaient leur travail d'enquête.

"Les Londoniens ne se laisseront pas intimider par le terrorisme", a lancé mercredi soir le maire de Londres Sadiq Khan.

Commentaires

(0)
8Article précédentEx-député russe abattu: le Kremlin rejette les accusations "absurdes" de Kiev
8Article suivantL'Etat islamique revendique l'attaque de Londres