Quantcast

Hambourg accueille le G20: "la ville semble se préparer à la guerre"

Demonstrators in Hamburg ahead of the G20
Polina Garaev/i24NEWS
Les organisateurs ont insisté sur le fait qu’ils ciblent les politiques et non les gouvernements

HAMBOURG - La ville semble se préparer à la guerre. Les effectifs de police ont été renforcés de 20.000 agents supplémentaires et des tribunaux spéciaux ainsi qu'un centre de détention ont été mis en place en prévision d'arrestations massives.

La "prison du G20" improvisée, telle qu'elle a été désignée par ses opposants, se trouve dans le quartier de Harburg et peut accueillir à tout moment jusqu'à 400 détenus. Le complexe comprend des tribunaux provisoires, où trois équipes de juges se relayent afin de prononcer un jugement à toute heure, et peuvent également approuver des arrestations préventives et prononcer une mesure de détention allant jusqu’à 10 jours.

En marge du sommet, à l’un des principaux carrefours de la ville, la recrudescence de la présence policière est visible. Une rangée de voitures de police est garée à chaque entrée du Centre de congrès d’Hambourg, où les leaders du monde se réuniront ce weekend. A côté de ces voitures se tiennent des hommes et des femmes en uniforme, dont le regard dans le vide trahit un sentiment d’ennui, ou peut-être savourent-ils ce moment de calme avant la tempête.

Polina Garaev

De l’autre côté, l’opposition ne perd aucune minute. Les groupes de gauche et les organisations environnementales s’emparent d’ores et déjà des rues – et des eaux d’Hambourg – afin de faire entendre leur voix. Dimanche, plus de 4.000 manifestants se sont rassemblés devant l’hôtel de ville pour lancer la Vague de protestation du G20, comme ils l’appellent.

Des dizaines de bateaux arborant des pancartes de protestation convergent en direction du Lake Alster, en plein centre de la ville, tandis qu’une poignée de manifestants plus radicaux peignent un slogan sur un bateau naviguant sur l'Elbe. Plus tard dans la semaine, les organisations protestataires organiseront également un sommet alternatif qui aboutira samedi à une grande marche de manifestation.

"Cette manifestation est une grande opportunité pour exprimer notre critique", assure l’organisateur du rassemblement de dimanche et directeur de l’ONG "Campact", Christoph Bautz, à i24NEWS.

"Nous avons vraiment besoin d’un virage en faveur des énergies renouvelables, et nous avons aussi besoin d’une nouvelle politique commerciale équitable au lieu des accords commerciaux néo-libéraux comme le TTIP ou le CETA. Les gens qui sont aujourd’hui dans les rues d’Hambourg veulent que le G20 pratique une politique très différente".

Polina Garaev/i24NEWS

C'est églament l'avis du directeur de campagne de Greenpeace Allemagne, Karsten Smid: "Trump accorde beaucoup d’importance aux problématiques liées au climat car il ignore le changement climatique, mais même Mme Merkel et d’autres dirigeants ignorent ce qu’il se passe", a-t-il ajouté.

Ce combat ne pourra être gagné qu’en développant une communauté globale, a urgé un activiste anti-Trump présent lors de la manifestation, Nelini Stamp originaire de Brooklyn. "Il ne s’agit pas seulement de Trump. Il s’agit également de Le Pen en France, et de l’AfD en Allemagne. Les mouvements de droite dans le monde prennent de plus en plus d’importance et je suis ici pour m’assurer que nous restons ensemble, unis, et pour leur dire que cette journée n’est pas la leur".

Par ailleurs, les associations de réfugiés de la ville ont rejoint la lutte, appelant les pays du G20 à reconnaître et assumer leur rôle dans la création de la crise via par exemple à l’exportation d’armes. "Nous voulons que la question de l’immigration et des réfugiés soit discutée avec sincérité", a expliqué une réfugiée nigériane, Abimbola Odugbesan, s’exprimant au nom du groupe de défense "Lampedusa à Hambourg".

Polina Garaev

La tente d’information du groupe installée hors de la gare principale d’Hambourg est couverte d’autocollants et d’affiches anti-G20.

"Comment pourraient-ils parler de nous alors qu’ils nous excluent et nous ignorent ? Ça ne peut pas fonctionner comme ça. Le G20 n’agit pas en notre faveur. Ils veulent simplement renouveler des politiques inhumaines envers les réfugiés et les rendre encore plus strictes".

Essayant de prendre leur distance des manifestations anarchistes d’extrême gauche à venir, les organisateurs du rassemblement de dimanche ont insisté sur le fait qu’ils ciblent les politiques et non les gouvernements. Mais certains manifestants ont une opinion différente.

"Ces 20 pays sont uniquement intéressés par leurs propres intérêts et sont en opposition avec le reste du monde", affirme Huseyin, un Hambourgeois d’origine Chypre. "L’ONU est la seule organisation légitime qui devrait traiter des problèmes mondiaux".

Florian Wilde, organisateur de la campagne anti-G20 du parti d'opposition allemand Die Linke pense également qu’un groupement de pays ne devrait pas dicter de politique. "Le G20 est un organe illégitime qui ne fait qu’empirer davantage l'ordre mondial", a-t-il déclaré.

Polina Garaev

"Nous espérons rendre les alternatives visibles, qu’il n’y a pas uniquement la droite populiste de Donald Trump, ou le néo-libéralisme centriste d’Angela Merkel. Nous voulons montrer qu’il existe une gauche solidaire et une alternative anticapitaliste".

Philipp, un autre manifestant local, marchait dimanche tout en agitant une brosse à dents. Les détenus envoyés à la "prison du G20" ne seront même pas autorisés à apporter leur propre brosse à dents, rendant ainsi cet objet un symbole de protestation, a-t-il expliqué. "Pour moi, c’est un signe au monde que chaque personne peut faire la différence".

Mais à mesure que le sommet approche, les peurs du chaos que le G20 apportera conduisent la plupart des Hambourgiens hors de la ville, du moins pour le week-end. "Il est important de manifester", disent-ils, mais pas lorsque les blocus, les rassemblements et les affrontements rendent la vie impossible dans la ville.

Polina Garaev est la correspondante d'i24news en Allemagne.

Commentaires

(0)
8Article précédentMacron "l'hyperprésident" à Versailles pour fixer son cap devant le Congrès
8Article suivantDevant le Congrès, Macron annonce la levée de l’état d’urgence "à l’automne"