"Être antisémite ce n'est pas une opinion, c'est un délit"(Christophe Frassa à i24NEWS)

i24NEWS

3 min
Christophe Frassa
i24newsChristophe Frassa

Le sénateur Les Républicains des Français de l’étranger en visite en Israël du 30 mars au 4 avril

Le sénateur Les Républicains des Français de l’étranger, Christophe Frassa, en visite en Israël du 30 mars au 4 avril, était invité lundi sur i24news, où il est revenu sur l'antisémitisme qui poussent aujourd’hui les Juifs de France. 

"Je vois que les motivations de leur arrivée ne sont souvent pas les mêmes qu’il y a quelques décennies. Aujourd’hui, ils viennent parce que la montée de l’antisémitisme et la montée de l’insécurité font que les Juifs en France ne se sentent plus chez eux", a déclaré Christophe Frassa. 

"On souhaite aujourd’hui intégrer les attaques antisémites et les attaques racistes dans le code pénal et je pense qu’on va parvenir à faire ce changement. De nombreux pays l’ont déjà fait (…) parce qu’être antisémite ce n’est pas une opinion, c’est un délit", a-t-il ajouté. 

Emmanuel Macron souhaite intégrer l'antisionisme, dans le sens de la négation du droit d'Israël d'exister, à la définition juridique de l'antisémitisme. Le président français considère en effet que l'antisionisme est une des formes modernes de l'antisémitisme. 

"Ce que je vois surtout, c’est une forme de l’antisémitisme qui s’apparente à de l’antisionisme. Ce que je prends comme exemple, c’est l’attaque dont a été victime Alain Finkielkraut parce que comme il est Juif, on ne peut pas l’attaquer directement en le traitant de sale Juif car là, on tombe sous le coup direct de la loi", a affirmé pour sa part Christophe Frassa. 

"On a bien vu qu’on l’a traité de sale sioniste. Mais particulièrement parce qu’il est Juif on lui a dit ça (…) l’antisionisme dans ce cas-là prend la forme nouvelle de l’antisémitisme", a-t-il encore précisé.  

Lors de ces rencontres en Israël, le sénateur a abordé "tous les sujets qui nous concernent (sauf ceux qui afférent à la campagne israélienne) comme la fiscalité, les retraites, les relations entre la France et Israël et répondra à toutes les questions",  selon l’UFE Israël.

A l’occasion de cette visite officielle, plusieurs associations organiseront également une cérémonie en hommage aux Justes de France. 

Un événement se tiendra le 2 avril à 15 h à l’Auditorium de la Résistance juive en France au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem.

Outre son mandat de sénateur, Christophe Frassa est également secrétaire de la commission des lois constitutionnelles, membre de la commission des affaires européennes, président de la commission politique de l’assemblée parlementaire de la Francophonie et secrétaire national du parti des Républicains chargé des Français de l’étranger.

Cet article a reçu 2 commentaires