Quantcast i24NEWS - "Bordel": "J'assume qu'un président puisse nommer les choses" (Castaner)

"Bordel": "J'assume qu'un président puisse nommer les choses" (Castaner)

Christophe Castaner à l'Elysée le 22 septembre 2017
PHILIPPE LOPEZ (AFP/Archives)
Des membres de l'opposition ont critiqué Macron qui, en Corrèze, a accusé certains de "foutre le bordel"

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a défendu jeudi, après la nouvelle polémique suscitée par la sortie d'Emmanuel Macron sur ceux qui foutent le "bordel", la volonté de "nommer les choses" du chef de l'Etat et "d'arrêter la langue de bois".

"Il y a ceux qui alimentent les polémiques et il y a ceux qui font", a lancé M. Castaner sur Radio Classique et Paris Première. "Alors oui, le président de la République a utilisé dans une conversation privée avec le président de la région Aquitaine un mot qui provoque le débat, mais est-ce qu'il n'y a pas de nombreux Français qui pensent cela ?".

"Je crois qu'on peut être cultivé et parler comme les Français. Je pense qu'on peut aussi avoir l'objectif en politique (...) c'est le cas d'Emmanuel Macron, d'arrêter la langue de bois et d'oser nommer les choses", a-t-il développé.

"Moi, j'assume qu'un président de la République puisse nommer les choses et utiliser les mots que nous utilisons tous au quotidien", a-t-il martelé.


Pour Macron "certains" GM&S "feraient mieux" de... by franceinfo

Lors d'un déplacement à Egletons, au cours d'un aparté avec le président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, qui évoquait les difficultés à recruter d'une entreprise de fonderie d'Ussel (Corrèze), M. Macron a estimé que "certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux".

Le déplacement avait été perturbé plus tôt par un rassemblement de salariés et ex-employés licenciés de l'équipementier automobile GM&S, qui se sont heurtés aux forces de l'ordre.

"Ceux qui manifestaient étaient les syndicats d'une entreprise voisine, GM&S, sur laquelle l'Etat, les collectivités locales, se sont très fortement mobilisés pour la sauver", a déclaré Christophe Castaner, soulignant que "la situation de blocage organisée par certains a fait peur à tous les investisseurs".

Commentaires

(5)

Malheureusement les GM&S sont manipulés par les syndicats et les partis de gauche et insoumis. La vérité est dite et il faut que les français mobilisent leurs énergies au positif en se bougeant le cul. Combien de français font deux heures de route pour aller bosser. Sans parler ceux qui traversent la France cadre pour leur job et boite. Deux Frances. Les feneants et les autres. CEUX QUI CRÉENT L’EMPLOI SONT LES PATRONS ET LEUR ENTREPRISE.

Je me souviens du casse toi pauvre con adressé par Sarkozy à un provocateur et les réactions que cela va suscité à l’époque. Comparativement notre nouveau président de la république passe son temps à insulter les Français, les ouvriers et les syndicats sans que cela ne suscite une vague de protestations comparable. Les groupes financiers qui détiennent les médias ont clairement choisi d’accompagner ce président comme il l’avait fait déjà avec François Hollande.

Je pense qu'il faut nommer les choses. La 5eme puissance eco est à la traîne dans tous les compartiments.

Macron à raison STOP FAUT BOUGER! on en a mare de payer pour les ''vacanciers''! Faut parler dans leur language...

Ca va, c un jeune président. Il peut parler un peu comme un mec de classe moyenne né dans les années 70

8Article précédentCatalogne: les séparatistes menacent de proclamer l'indépendance
8Article suivantParis: des bouteilles d'essence reliées à un "dispositif d'allumage" découvertes