Quantcast i24NEWS - 6 Français sur 10 choqués par le vocabulaire utilisé par Emmanuel Macron

6 Français sur 10 choqués par le vocabulaire utilisé par Emmanuel Macron

Le président Emmanuel Macron, le 4 octobre 2017 à l'Ecole d'application aux métiers des travaux publics à Egletons
ludovic MARIN (POOL/AFP)
"Il ne savait pas qu'il était filmé et, par conséquent, son registre de langage relevait du privé"

Près de six Français sur dix (57%) se disent choqués par les mots utilisés par Emmanuel Macron, lors d'un déplacement mercredi à Egletons (Corrèze), selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico publié vendredi.

En revanche, 43% des personnes interrogées ne sont pas "choquées" par l'utilisation du terme "bordel".  

71% des Français estiment que "d'une manière générale, lorsqu'Emmanuel Macron parle de cette manière" cela nuit plutôt à l'appropriation par les citoyens de ses idées et de son programme, selon cette enquête.


Pour Macron "certains" GM&S "feraient mieux" de... by franceinfo

De plus, "66%" des Français estiment qu'un salarié dont l'entreprise serait en difficulté "devrait plutôt se mobiliser pour défendre son emploi" alors que "34%" pensent qu'il "devrait en chercher un nouveau dans une autre structure".

Le sondage a été réalisé en ligne le jeudi 5 octobre auprès d'un échantillon de 1.035 personnes selon la méthode des quotas. 

Lors d'une visite mercredi de l'Ecole d'application aux métiers des travaux publics à Egletons et au cours d'un aparté avec le président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset (PS), qui évoquait les difficultés à recruter d'une fonderie d'Ussel (Corrèze), M. Macron a lancé: "certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux".

Commentaires

(0)
8Article précédentAllemagne: recherches sur l'origine de plus de 1 000 crânes africains
8Article suivantCatalogne: le chef de la police catalane devant la justice à Madrid