Quantcast i24NEWS - Balfour: "La GB est fière d'avoir contribué à la création de l'Etat Israël" (Theresa May)

Balfour: "La GB est fière d'avoir contribué à la création de l'Etat Israël" (Theresa May)

La Première ministre britannique Theresa May accueille son homologue israélien Benjamin Netanyahu, le 2 novembre 2017 devant le 10 Downing Street, à Londres
Daniel LEAL-OLIVAS (AFP)
"Critiquer le gouvernement d'Israël n'est jamais et ne pourra jamais être une excuse pour haïr le peuple juif"

La Première ministre Theresa May, qui reçoit jeudi à Londres son homologue israélien Benyamin Netanyahou pour le centenaire de la déclaration Balfour, a affirmé que la "Grande-Bretagne est fière d'avoir joué un rôle pionnier dans la création de l'Etat d'Israël".

Dans ce texte du ministre des Affaires étrangères de l'époque, Arthur Balfour, et publié le 2 novembre 1917, le gouvernement britannique considérait "favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif".

Ce centenaire est célébré en Israël, où la déclaration Balfour est considérée comme un acte ayant préfiguré la création de l'Etat hébreu en 1948. Pour les Palestiniens, en revanche, ce texte marque le début d'une "catastrophe".

Theresa May s'est entretenue en fin de matinée avec M. Netanyahou. Avec le ministre britannique des Affaires Etrangères Boris Johnson, ils devraient notamment aborder le dossier de l'accord nucléaire iranien, a indiqué la correspondante i24NEWS à Londres, Anaïs Cordoba.

Les deux dirigeants participeront ensuite dans la soirée à un dîner en présence notamment de Roderick Balfour, un des descendants de l'auteur de la déclaration, le ministre des Affaires étrangères de l'époque Arthur Balfour.

JOHN THYS (AFP/File)

Le BDS en baisse

La dirigeante mettra également en garde contre "une forme pernicieuse d'antisémitisme qui utilise la critique des actions du gouvernement israélien comme une justification méprisable pour remettre en question le droit même d'Israël à exister", selon des extraits de son discours publiés à l'avance par ses services.

"Critiquer le gouvernement d'Israël n'est jamais - et ne pourra jamais être - une excuse pour haïr le peuple juif - pas plus que de critiquer le gouvernement britannique ne serait une excuse pour haïr le peuple britannique", déclarera également la Première ministre.

Avant son départ pour Londres, Netanyahou a déclaré: "Les Palestiniens disent que la déclaration Balfour a été une tragédie, ça n'a pas été une tragédie".

"Ce qui est tragique, c'est leur refus de l'accepter 100 ans plus tard, a-t-il ajouté. J'espère qu'ils changeront d'avis car s'ils le font, ils pourront enfin aller de l'avant et parvenir à la paix entre nos deux peuples", a-t-il ajouté.

Vendredi, M. Netanyahou prononcera un discours à la Chatham house, l'Institut royal des affaires internationales, et se rendra ensuite, accompagné de son épouse, à un événement organisé à la Bourse de Londres où il rencontrera des hommes d’affaires britanniques.

Samedi matin, le Premier ministre israélien rencontrera des leaders de la communauté juive britannique avant de revenir dimanche à Jérusalem.

La visite du dirigeant israélien intervient alors que l'opinion publique britannique est la plus favorable à Israël depuis 7 ans, a indiqué un récent sondage.

L'étude a également révélé une baisse de la popularité du mouvement anti-israélien BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), notamment auprès des jeunes.

Une "tragédie"

L'invitation de Benyamin Netanyahou à Londres a été critiquée par une partie de la gauche londonienne. Le leader du parti travailliste, Jeremy Corbyn a d’ailleurs annoncé cette semaine qu’il n'assistera pas au dîner organisé à Londres pour cause "d'autres engagements", a indiqué son parti.

Il sera néanmoins représenté par Emily Thornberry, responsable des Affaires étrangères au sein du Labour.

Cette absence risque de ne pas passer inaperçue alors que le parti d'opposition a dû gérer ces dernières années des accusations d'antisémitisme et que M. Corbyn lui-même a été critiqué pour avoir rencontré des membres du Hezbollah et du Hamas.

HO (PRU/AFP/File)

De son côté, l'Autorité palestinienne, qui a qualifié la déclaration Balfour de "tragédie", a appelé Theresa May à profiter du centenaire de la déclaration cette semaine "pour présenter des excuses", une suggestion rejetée par Downing Street.

Dans une tribune publiée mercredi dans le Guardian, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a fustigé la déclaration Balfour, l'accusant d'avoir été le début d'un processus ayant provoqué "un siècle de souffrance pour les Palestiniens", et appelé les autorités britanniques à prendre des mesures pour y remédier.

En Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem, des Palestiniens organisent des manifestation de protestation à l'occasion de cet anniversaire à partir de 09H00.

Commentaires

(7)

Mme Theresa May montre au monde entier que ni BDS ni les palestos ne peuvent changer le cours de l'histoire. Mr Balfour est un grand homme.

Mr Abbas, on peut soit : * Vous livrer un container de Kleenex tous les ans jusqu'à 2117... mais il n'y aura aucune place pour les palestiniens en 2117; * Vous laisser grandir et devenir un Homme (politique) et Vous prêter une chaise pour négocier encore qqc. Comme vous mourrez avant de décider quoi que ce soit, ne changez pas d'avis. Faites comme Arafat, crevez d'envie ... à la porte d'Israël la Puissante, Israël la spatiale , Israël la souriante , Israël la conquérante ... qui a décidé (lors de l'échange de Chalit à 1 contre 1027).. que les palestiniens ne valaient Vraiment Rien (aux yeux du Hamas, qui a fixé la parité). Allez, à ciao !! ... entrez Mr Balfour... vous êtes le bienvenu !!

Les anglais sont des grands devant l'Histoire ! Merci Mr Churchill, merci Mme May, merci le réalisme de l'Angleterre ! Vous méritez d'être inscrits dans le Livre des Justes de l'Histoire du 20eme siècle !

Certains hommes et femmes sont effectivement des personnes de valeur, mais n'oublions pas que l'Angleterre a eu un rôle epouvantable pendant la derniere guerre: lisez le livre blanc et vous en serez persuadé: pour eviter que les arabes ne s'allient avec Hitler, l'angleterre a empeché les juifs de se refugier en Israel sans parler de leur presence nefaste en Israel dont elle avait le mandat. Ne revez pas, même les US ne sont pas blancs dans cette periode: il ont refusé l'entrée des refugiés juifs les condamnant à mort. On ne peut helas compter que sur nous même.

Les arabes instrumentalisés de Palestine sont tellement bien dans leur rôle qu’ils deviennent crédibles auprès des incultes. Dommage car s’il s’étaient révoltés contre leurs frères qui se moquent d’eux, ils auraient pu construire une société prospère, exemplaire et paisible.

Tu as raison, Anonymous. L'Angleterre a été atroce avant 1947/1948. Mais heureusement, les phrases (et les actes qui vont avec) de Mme May... du pur bonheur dans ce monde de brutes. * Et nos ennemis savent maintenant qu'Israel les frappera de 10 plaies sur la Terre et 40 plaies dans leurs mers (Méditerranée et Golfe Persique). * Nos ennemis savent maintenant qu'Israel les frappera depuis le ciel et vitrifiera leur espace... sans remord ni culpabilité. * Nos ennemis savent maintenant qu'Israel les frappera avant d'être frappé. Il s'agit de s'imposer pour toujours... sans retour en arrière. Les arabes acceptent d'encaisser des pertes humaines immenses pour enfin comprendre. Dommage pour eux !Tragique mais nécessaire (pour ne pas se laisser tuer, massacrer).

Balfour a été le doigt de D.ieu.

8Article précédentFrance: vague d'indignation après la profanation de la stèle d'Ilan Halimi
8Article suivantLe parquet espagnol demande un mandat d'arrêt européen contre Puigdemont