Belgique: le Parlement appelle à des sanctions contre Israël en cas d'annexion de parties de la Cisjordanie

i24NEWS

2 min
Dernière séance pleinière au parlement belge le 24 avril 2014 à Bruxelles, avant les élections législatives du 25 mai
BELGA via AFP Archives / Virginie LefourDernière séance pleinière au parlement belge le 24 avril 2014 à Bruxelles, avant les élections législatives du 25 mai

Une motion demandant la reconnaissance d'un État palestinien a été renvoyée en commission à la dernière minute

Le Parlement belge a adopté, dans la nuit de jeudi à vendredi, à une écrasante majorité, une résolution exhortant le gouvernement à agir pour empêcher Israël d'annexer unilatéralement des parties de la Cisjordanie.

Le texte appelle également à la prise de mesures punitives à l'échelle européenne contre Jérusalem si le projet d'annexion prévue dans les prochaines semaines est mis à exécution.

La Chambre devait également discuter d'une motion demandant la reconnaissance d'un État palestinien, mais celle-ci a été renvoyée en commission après le dépôt d’amendements de dernière minute.

La résolution concernant "l'annexion par Israël de territoires occupés en Palestine", proposée par le groupe Ecolo-Groen, a été votée avec 101 voix pour et 39 abstentions. Aucun député n'a voté contre.

La motion exhorte le gouvernement de la Première ministre Sophie Wilmès "à prendre l'initiative avec des pays tiers, aux niveaux européen et multilatéral, pour empêcher l'annexion [par] Israël des territoires palestiniens, ou de parties de ceux-ci".

La résolution appelle en outre Bruxelles à "jouer un rôle de premier plan aux niveaux européen et multilatéral en vue de l'élaboration d'une liste de contre-mesures efficaces destinées à répondre de manière proportionnelle à toute annexion israélienne du territoire palestinien occupé".

De nombreux pays de l'Union européenne (UE) ont fait part de leur vive opposition au projet d’Israël d’annexer jusqu’à 30% de la Cisjordanie dès le 1er juillet.

Cependant, l'UE a besoin d'un consensus entre les 27 États membres pour appliquer des sanctions contre Israël. Or, certains pays de l'Union, comme la Hongrie et l'Autriche, devraient opposer leur veto à toute mesure contre l'État hébreu.

Video poster

Cet article a reçu 28 commentaires