Quantcast i24NEWS - Israël continuera à travailler avec l'Autriche mais poursuit sa lutte contre l'antisémitisme

Israël continuera à travailler avec l'Autriche mais poursuit sa lutte contre l'antisémitisme

At just 31, Sebastian Kurz, Austria's new chancellor, is the world's youngest leader
VLADIMIR SIMICEK (AFP)
Le nouveau gouvernement autrichien formé par la droite et l'extrême droite a prêté serment lundi

Les autorités israéliennes ont publié lundi une déclaration relative au nouveau gouvernement de coalition en Autriche, dirigé par le jeune conservateur Sebastian Kurz, vainqueur à 31 ans des élections du 15 octobre dernier, et intégrant plusieurs figures d'extrême droite à des postes clés.

Selon la déclaration, "Israël continuera à travailler avec les fonctionnaires des ministères dirigés par les membres du Parti de la liberté", mais il continuera aussi "à lutter contre l'antisémitisme" et "pour la commémoration de l'Holocauste", de même que l'Etat hébreu n'aura "pour le moment" pas de contacts directs avec les ministres issus du parti d'extrême droite.

Selon Haaretz, le ministère des Affaires étrangères a fait connaître son désaccord avec l'équipe du Premier ministre Netanyahou au sujet de la réponse apportée à la nouvelle coalition gouvernementale en Autriche.

Le quotidien israélien a révélé que si le gouvernement de Benyamin Netanyahou continuera à collaborer avec les fonctionnaires des trois ministères dirigés par les leaders d'extrêmes droites, il ne dialoguera pas directement à ces derniers.

Le Premier ministre israélien sera toutefois en "contact direct" avec le chancelier conservateur Sebastian Kurz, chef du Parti chrétien-démocrate (ÖVP) qui a remporté en octobre les élections législatives.

Le nouveau gouvernement autrichien formé par la droite et l'extrême droite a prêté serment lundi, contesté à Vienne par quelques milliers de manifestants, mais sans provoquer d'émois chez les partenaires de l'Autriche qui s'est engagée à garder un cap pro-européen.

"Respecter l'histoire autrichienne"

A 31 ans, le conservateur Sebastian Kurz devient chancelier, et plus jeune dirigeant du monde, huit mois après avoir pris les commandes du parti chrétien-démocrate (ÖVP) qu'il a conduit à la victoire lors des législatives d'octobre.

GEORG HOCHMUTH (APA/AFP/Archives)

Le chef de l'Etat, Alexander Van der Bellen, un écologiste libéral, a investi le nouveau gouvernement de treize ministres, avec six postes-clés occupés par la formation d'extrême droite (FPÖ), en fixant des lignes rouges.

Il a appelé la coalition de M. Kurz à "respecter l'histoire autrichienne, (...) ses pages positives comme ses pages sombres", à "respecter les droits des minorités et ceux qui pensent différemment".

Il s'est dit conscient que certains étaient "sceptiques voire hostiles" à la nouvelle majorité. Non loin du palais présidentiel, plusieurs milliers de personnes manifestaient contre la présence du FPÖ au gouvernement, rassemblées derrière des banderoles proclamant "les Nazis dehors" ou "Mort au fascisme".

Le FPÖ, Parti de la liberté d'Autriche, arrivé troisième des élections, décroche trois ministères régaliens -Intérieur, Défense, Affaires étrangères- et un portefeuille de vice-chancelier pour son chef, Heinz-Christian Strache, 48 ans, qui a comparé l'immigration à une "invasion de masse" et qui estime que "l'islam n'a pas sa place en Autriche".

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentRadicalisation dans le sport: "il y a un phénomène qu'on ne peut pas nier" (P. Karam à i24NEWS)
8Article suivantPopularité: forte progression de Macron (sondage)