Pas de résultats.

close

Pologne: Yaïr Lapid condamne les incidents antisémites et les cris de "Mort aux Juifs" durant un rassemblement

i24NEWS

clock 2 min

Yaïr Lapid
Olivier Fitoussi/Flash90Yaïr Lapid

"La condamnation sans équivoque des officiels en Pologne est importante et essentielle"

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a condamné samedi soir un acte antisémite qui a eu lieu lors d'un rassemblement en Pologne et a exigé que les autorités locales prennent des mesures.

Des nationalistes polonais ont crié "Mort aux Juifs" en brûlant un livre représentant un pacte historique protégeant les droits des Juifs de Pologne lors d'un rassemblement à Kalisz.

"L'horrible événement antisémite en Pologne rappelle à chaque Juif dans le monde la haine et le danger que représente l'antisémitisme s'il n'est pas rapidement éradiqué," a déclaré Yaïr Lapid.

"La condamnation sans équivoque des officiels en Pologne est importante et essentielle. J'attends du gouvernement polonais qu'il prenne une position ferme contre les personnes qui ont pris part à cette choquante démonstration de haine," a-t-il ajouté.

Les autorités polonaises ont condamné dans la soirée les débordements antisémites qui ont accompagné la marche d'extrême droite à Kalisz.

Selon le porte-parole du ministère, Lukasz Jasina, le jour de la fête nationale a été "utilisé pour propager la haine, l'antisémitisme et l'intolérance religieuse".

Des vidéos et des témoignages sur les réseaux sociaux montrent que Wojciech Olszański, un militant d'extrême droite, a mis le feu au livre à couverture rouge censé symboliser le Statut de Kalisz.

Le document publié en 1264 par le prince Boleslas le Pieux réglementait le statut juridique des Juifs vivant en Pologne et leur offrait une certaine protection contre les attaques.

W. Olszański a versé un liquide inflammable sur le livre avant d'y mettre le feu tandis que la foule criait: "Mort aux Juifs" ou encore "Non à Polin, oui à la Pologne". Polin, est à la fois le nom en hébreu de la Pologne et le nom du principal musée juif de Varsovie.

La police étudie actuellement les images qui ont été relayées sur les réseaux sociaux.

"Ces images donnent des frissons et font froid dans le dos", a écrit sur Twitter Katharina Von Schnurbein, coordinatrice de l'Union européenne pour la lutte contre l'antisémitisme.