Ukraine: les forces russes à proximité de la plus importante centrale nucléaire du pays, selon l'AIEA

AFP

2 min
La centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, le 22 avril 2016
GENYA SAVILOV/AFP via Getty ImagesLa centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, le 22 avril 2016

"Un accident pourrait avoir de graves conséquences pour la santé publique et l'environnement"

Les forces armées russes se trouvent à proximité de la plus grande centrale nucléaire d'Ukraine, a rapporté lundi l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), réitérant sa "vive préoccupation" au cinquième jour de la guerre.

Pour l'heure, les six réacteurs du site de Zaporizhzhia (est) sont "en sécurité", selon les informations reçues par le gendarme onusien du nucléaire, régulièrement informé des développements sur le terrain par les autorités ukrainiennes.

Les troupes russes "opèrent près de la centrale" mais n'ont en pas pris le contrôle à ce stade, précise l'AIEA.

Son directeur général, Rafael Grossi, a une nouvelle fois mis en garde "contre toute action qui pourrait menacer la sécurité" des sites nucléaires du pays. 

Une réunion du Conseil des gouverneurs est prévue mercredi à Vienne, siège de l'agence, pour discuter des "risques réels" posés par le conflit.

L'Ukraine dispose de quatre centrales en activité, qui fournissent environ la moitié de l'électricité, et de plusieurs dépôts de déchets radioactifs, dont celui de Tchernobyl, lieu de la pire catastrophe nucléaire de l'histoire en 1986.

"Un accident pourrait avoir de graves conséquences pour la santé publique et l'environnement", a insisté M. Grossi, soulignant aussi "l'importance" que les équipes en place continuent de travailler normalement et "puissent se reposer".

Sur le site de Tchernobyl, tombé aux mains des Russes, le chef d'équipe n'a pas été remplacé depuis le 24 février, a noté l'Agence.

L'AIEA avait par ailleurs signalé dimanche deux incidents survenus dans des dépôts de déchets, dont l'un à Kiev touché par des missiles. "Il n'a toutefois pas été fait état de dommages au bâtiment ou d'émissions radioactives", avait indiqué l'instance onusienne.

Video poster

Cet article a reçu 0 commentaires