Quantcast i24NEWS - La Haye retire son ambassadeur en Turquie

La Haye retire son ambassadeur en Turquie

Des manifestants sont rassemblés devant le consulat des Pays-Bas à Istanbul - le 12 mars 2017
YASIN AKGUL / AFP

Les Pays-Bas ont annoncé lundi le retrait de leur ambassadeur à Ankara, refroidissant davantage les relations entre les deux pays au plus bas après que La Haye a refoulé l'an dernier deux ministres turcs du sol néerlandais.

Depuis, malgré des discussions, "nous ne sommes pas parvenus à trouver un accord sur la manière dont la normalisation devrait avoir lieu", a déclaré le ministre néerlandais des Affaires étrangères Halbe Zijlstra dans un communiqué.

Le gouvernement néerlandais a par conséquent "décidé  officiellement de retirer l'ambassadeur des Pays-Bas à Ankara, qui n'a plus accès à la Turquie depuis mars 2017", a poursuivi le ministère.

Réciproquement, "tant que les Pays-Bas n'ont pas d'ambassadeur en Turquie, les Pays-Bas n'accorderont pas d'autorisation pour l'entrée en fonction d'un nouvel ambassadeur turc aux Pays-Bas", ont affirmé les autorités.

Les relations entre les deux pays s'étaient envenimées après l'interdiction faite en mars 2017 à l'avion du ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu de se poser sur le sol néerlandais.

OZAN KOSE (AFP/Archives)

Le chef de la diplomatie turque devait s'exprimer en faveur du président Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting organisé pour la communauté turque à Rotterdam à l'occasion de la campagne du référendum sur le renforcement des pouvoirs présidentiels.

En réaction à cette interdiction, la ministre turque de la Famille Fatma Betül Sayan Kaya avait, quelques heures plus tard, rejoint Rotterdam en voiture depuis l'Allemagne.

Des émeutes avaient éclaté alors qu'elle avait été bloquée à quelques mètres du consulat avant d'être raccompagnée à la frontière allemande par les autorités néerlandaises.

Environ un millier de manifestants avaient été dispersés par la police.

La Turquie avait ensuite exigé des excuses de la part du Premier ministre Mark Rutte pour le traitement réservé à sa ministre de la Famille et refusé le retour de l'ambassadeur néerlandais qui était hors du pays.

Commentaires

(4)

Enfin des gens qui sont cohérents.

Ca suffit pas

Heureusement, tout n'est pas perdu... Il reste encore, Dieu merci, des états courageux, qui en ont, comme on dit, qui ne supporte pas que l'on massacre des Kurdes, pendant que certains regardent ailleurs...

Ne pas se laisser intimider par un apprenti dictateur. On a vu où cela a mené l’Europe en 1938 !!!

8Article précédentShoah: 25.000 juifs d'origine algérienne seront indemnisés par Berlin
8Article suivantProcès Abdeslam à Bruxelles : 20 ans requis contre les deux prévenus