Quantcast i24NEWS - Indemnisation des Juifs d'origine algérienne: une décision "surprenante" (G. Bensoussan à i24NEWS)

Indemnisation des Juifs d'origine algérienne: une décision "surprenante" (G. Bensoussan à i24NEWS)

L'historien spécialiste d'histoire culturelle de l'Europe, Georges Bensoussan
i24NEWS

L'historien spécialiste d'histoire culturelle de l'Europe, Georges Bensoussan, était invité sur i24NEWS où il est revenu sur la décision prise par Berlin d'indemniser 25.000 juifs d'origine algérienne, qualifiant l'initiative de "surprenante".

"C'est ça qui est surprenant, pourquoi l'Allemagne va indemniser des victimes du régime de Vichy, lequel régime de Vichy a pris des mesures sans aucune interférence allemande, à savoir pour l'Algérie l'abrogation du décret Crémieux. C'est assez étrange effectivement", a déclaré l'historien.

Georges Bensoussan - selon qui la déportation n'était pas prévue pour les Juifs d'origine algérienne - évoquait le décret qui a permis d'attribuer d'office en 1870 la citoyenneté française aux "Israélites indigènes" d'Algérie, mais qui a été aboli en 1940.

Il s'est par ailleurs exprimé sur la polémique qui a vu le jour depuis que le parlement polonais a approuvé une loi interdisant toute expression suggérant un lien entre la Pologne et les crimes nazis commis sur son territoire pendant la Seconde Guerre mondiale.

"La loi qui a été votée n'est pas du tout équivoque, elle dit clairement qu'on ne peut pas parler de camps de concentration polonais et en même temps elle va beaucoup plus loin… ce que dit la loi, c'est que celui qui d'une façon ou d'autre autre mettra en avant le fait que la Pologne a pu participer au génocide - ou tout simplement aidé les Allemands - celui-là sera poursuivi par la justice", a-t-il expliqué.

Or, selon lui, il faut distinguer deux choses dans la loi polonaise: le terme "camps de concentration polonais" est une "aberration" car les camps de la mort étaient un projet allemand construit en Pologne occupée. Néanmoins, il ne peut y avoir de doute sur le fait qu'"une grande partie de la population polonaise" ait pris part à l'extermination des Juifs déportés.

"Ce qui est à mon avis assez inquiétant pour l'avenir, c'est que toute une jeune école historique polonaise qui est très riche et dynamique – et courageuse aussi – celle-là ne pourrait plus travailler demain (si la loi passait)", a expliqué Georges Bensoussan.

"Or c'est à elle – cette jeune école historique polonaise qui est peu connue en France – qu'on doit aujourd'hui une très grande avancée sur la réalité dans la solution finale en Pologne", a-t-il ajouté.

Même si plusieurs camps de concentration et d'extermination, notamment celui d'Auschwitz, ont été construits sur le sol polonais occupé, pour Varsovie, ce terme pourrait donner l'impression que la Pologne porte une responsabilité dans le génocide perpétré par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Commentaires

(0)
8Article précédentProcès Abdeslam à Bruxelles : 20 ans requis contre les deux prévenus
8Article suivant"La popularité de Macron ne dépasse pas le périphérique" (F. Kalfon à i24NEWS)