Quantcast i24NEWS - Un eurodéputé polonais démis de sa vice-présidence pour "faute grave"

Un eurodéputé polonais démis de sa vice-présidence pour "faute grave"

Ryszarda Czarneckiego
(AFP)

Le député nationaliste polonais Ryszard Czarnecki a été démis mercredi de ses fonctions de vice-président du Parlement européen pour avoir insulté une élue polonaise en la comparant à une dénonciatrice de juifs sous le régime nazi.

Par 447 voix favorables contre 196 votes contre, les députés européens, réunis en session plénière à Strasbourg, ont décidé de mettre prématurément terme aux fonctions de vice-président de M. Czarnecki pour "faute grave" dans une procédure inédite du Parlement dans laquelle les abstentions (30) n'ont pas été prises en compte. M. Czarnecki reste député européen.

Membre du parti conservateur nationaliste PiS, au pouvoir en Pologne, Ryszard Czarnecki a comparé sur un blog sa compatriote Roza Thun (PPE, droite) aux collaborateurs polonais des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale qui leur livraient des juifs contre de l'argent ("szmalcownik", un terme argotique très insultant en polonais).

Ryszard Czarnecki, 55 ans, avait ensuite refusé de s'excuser lors d'une interview à la radio.

Quatre présidents de groupes politiques du Parlement (PPE, sociaux-démocrates, libéraux et Verts) avaient écrit en janvier à son président Antonio Tajani pour "dénoncer une déclaration inacceptable et dégradante" et demander "des sanctions exemplaires" pour "cette attitude déplorable".

"C'est bien que tant de gens soient choqués. On ne peut pas tolérer cela", a réagi Roza Thun, qui avait critiqué sur la chaîne Arte la politique nationaliste de l'actuel gouvernement polonais.

De son côté, Ryszard Czarnecki a déclaré devant les caméras de télévision polonaises qu'il continuerait à "défendre les intérêts de son pays" et à critiquer les députés européens d'opposition "qui courent aux médias étrangers avec des délations" visant leur pays.

Interrogée par la chaîne Polsat, Mme Thun a estimé que M. Czarnecki avait "gaspillé la chance" que représentait pour la Pologne sa fonction de vice-président du Parlement européen. Elle a également rejeté avec indignation l'accusation de "délation".

"Il faut vérifier dans le dictionnaire ce que veut dire le terme délation et ne pas le confondre avec un échange d'opinions, qui est important dans la politique européenne", a déclaré Roza Thun.

Le mandat de député européen de M. Czarnecki n'est pas remis en cause et un nouveau vice-président doit désormais être choisi au sein de son groupe politique ECR (conservateurs). Le Parlement européen compte 14 vice-présidents.

Commentaires

(1)

les polonnais ont bien été nazi eux aussi car il y a même un terme consacré. cqfd

8Article précédentLa candidate de The Voice "regrette profondément ses messages"
8Article suivantHenry de Lesquen à nouveau condamné pour contestation de crime contre l'humanité