Quantcast i24NEWS - LR: "Je n'ai pas de patron, je suis un homme libre" (Patrick Devedjian à i24NEWS)

LR: "Je n'ai pas de patron, je suis un homme libre" (Patrick Devedjian à i24NEWS)

Patrick Devedjian
i24NEWS

Le président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian, invité mercredi soir de "Conversations avec Anna Cabana" sur i24NEWS, s'est ouvertement distingué de la nouvelle ligne politique de son parti les Républicains (LR) et de leur nouveau chef, Laurent Wauquiez.

"Je n'ai pas de patron, je suis un homme libre", a réagi l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy.

"Je ne suis pas sur cette ligne-là, je suis dans l'opposition interne", clame-t-il, "Je n'ai pas quitté mon parti, je garde la vieille maison et j'espère la faire évoluer vers une conception plus moderne".

"Si ce parti, qui a été un rassemblement, constitué de gens qui venaient de différents horizons et avec des sensibilités différentes, est devenu une caserne alors je m'y oppose!", s'insurge-t-il.

Il dit espérer que "ce n'est pas déjà le cas" et affirme que "cela se mesure dans l'acceptation de la diversité des jugements sur la politique" en référence à Valérie Pécresse qui s'est faite huée au Conseil national LR le 27 janvier dernier par des militants, pour sa ligne politique différente de Laurent Wauquiez.


"Macron fait le programme de la droite"

Celui qui est souvent défini comme un "libre penseur de droite" ne tarit pas ses éloges envers le président français Emmanuel Macron.

"J'essaie d'être honnête. Je suis à LR, je n'ai pas voté pour lui (Macron) au premier tour des élections présidentielles", lance-t-il, ajoutant "Simplement je regarde ce qu'il fait: il fait une partie du programme de la droite, la droite dit 'c'est pas assez' mais sur ces choses-là, la droite n'avait rien fait".

"Elle (la droite) n'est pas très recevable à critiquer", insiste-t-il, condamnant la manière dont les membres des LR, notamment Laurent Wauquiez, s'oppose continuellement au président Macron.

Parmi les "très bonnes réformes" faites par Emmanuel Macron, il cite notamment celle de l'ISF et celle du Code du travail.

"Par contre, je regrette qu'il ne fasse pas de la décentralisation, et c'est le meilleur moyen pour lui de réduire la dépense publique", nuance-t-il.

Concernant la réforme territoriale, il préconise deux changements structurels qu'il a abordé avec Emmanuel Macron. Patrick Devedjian souhaite fusionner la métropole et la région d'une part et les départements existants et les intercommunalités excitants, afin d'"enlever deux étages".

Commentaires

(0)
8Article précédentHenry de Lesquen à nouveau condamné pour contestation de crime contre l'humanité
8Article suivantAu procès de Jawad Bendaoud, les avocats demandent la relaxe