Quantcast i24NEWS - "La loi ne nie pas la vérité, elle interdit les mensonges" (Grand Rabbin de Pologne à i24NEWS)

"La loi ne nie pas la vérité, elle interdit les mensonges" (Grand Rabbin de Pologne à i24NEWS)

Poland's Chief Rabbi Michael Schuderich speaks to i24NEWS in Warsaw, February 7, 2018
i24NEWS
Un journaliste d’i24NEWS s’est entretenu avec le chef religieux à Varsovie

Suite à la promulgation de la loi controversée sur la Shoah par le président polonais, prévoyant trois ans de prison pour quiconque accuse la nation ou l'État polonais de participation aux crimes de l'Allemagne nazie, le Grand Rabbin de Pologne Michael Schudrich s’est entretenu cette semaine avec le chef d'Etat polonais Andrzej Duda.

Le responsable religieux revient sur la situation: "Le président polonais était très préoccupé par le fait que nous ne devions pas nuire aux relations entre Juifs et Polonais... Il était vraiment inquiet et ému, et s’est rendu compte qu’il fallait faire quelque chose pour rassembler tout le monde".

Toutefois, Michael Schudrich souhaite aussi que les choses soient remises dans leur contexte.

"Les Polonais ont adopté cette loi car ils ne voulaient pas que les gens disent des mensonges au sujet de leur complicité", affirme-t-il à i24NEWS.

"Théoriquement, la loi ne nie pas la vérité, elle interdit les mensonges", confie-t-il ensuite.

Le Grand Rabbin continue: "En fait, le gouvernement polonais de l’époque n’était pas responsable, car il n’y avait pas de gouvernement. Le pays était occupé, le gouvernement avait fui vers Londres. En exil, il travaillait main dans la main avec les alliés, il n’avait rien à voir avec les Allemands".

"C’est une distorsion de l’histoire de dire que le gouvernement polonais a fait quelque chose contre les Juifs", conclut-il.

Janek Skarsynski (AFP)

Une loi choquante pour Israël

Début février, l’adoption du projet de loi polonais sur la Shoah avait été vivement critiquée par les politiques israéliens, toutes tendances confondues ; plusieurs ministres avaient alors réclamé une réponse gouvernementale.

Pour le Grand Rabbin polonais, il est essentiel que les liens entre son pays et Israël ne soient pas rompus et que les deux camps continuent leurs discussions.

"D’un côté comme de l’autre, chacun est persuadé qu'il détient la vérité. Trop souvent la semaine dernière, les gens criaient les uns sur les autres plutôt que de se parler. Chaque camp appuie sur les points sensibles de l'autre camp sans s’en rendre compte", détaille Michael Schudrich à i24NEWS.

"Les Polonais deviennent fous quand ils entendent le terme "camps de la mort polonais", poursuit-il, "d'un autre côté, le déni de l’Holocauste ou ce qui peut s’en rapprocher est un point très sensible pour les Juifs".

Au sujet du faussé grandissant entre les deux pays suite à cet épisode, Michael Schudrich conclut: "On ne peut pas compenser une erreur en commettant une plus grande erreur".

Heureux comme Juif en Pologne ?

Lors de cet entretien avec i24NEWS, le Grand Rabbin de Pologne s’est également exprimé au sujet de la communauté juive de Pologne.

Pour lui, il y a une semaine encore, l’antisémitisme dans le pays n’était pas un gros problème. Mais les choses sont en train de changer: "J’ai entendu des gens parler, maintenant, de partir, vraiment… Les préoccupations sont justifiées".

Alors, le moment de partir est-il venu ? La réponse de Michael Schudrich est claire, et se résume en un simple mot: "Non".

Le Grand Rabbin reconnaît toutefois qu’avec l'élection d'un gouvernement d'extrême droite il y a deux ans "certains antisémites se sentent habilités" mais il nuance : "Cela n'a pas vraiment eu d'impact sur la vie juive", avant de conclure: "Nous allons devoir voir ce qui se passe maintenant...".

Selon le chef religieux, 700 membres de familles juives vivent aujourd’hui à Varsovie, alors que d’autres sont installés dans une dizaine de villes polonaises. Des juifs qui, pour la plupart, n'ont retrouvé leurs racines qu'après la chute du communisme.

Commentaires

(6)

Ce rabbin tient les mêmes propos que Jean Marie lepen quand il parle de la rafle du vel d’hiv ils croient tout les deux que chez les français et les polonais personne a collaboré avec les nazi

C’est sur que quand tu crois détenir la vérité toute les autres vérités ne sont que mensonges et sa se dit rabbin il devrait lire plus de livre sur les actes de polonais pendant la Shoah

Les juifs polonais ne comprennent rien à l histoire comme ce rabbin qui nie l évidence

tout est argent il tient à sa place et à sa paye

"C’est une distorsion de l’histoire de dire que le gouvernement polonais a fait quelque chose contre les Juifs" Ce rabbin a t il connu les affres de l'antisémitisme en Pologne durant et après la Guerre ? pour entériner des tels propos ?

Ce n'est pas en niant les faits que l'on peut pardonner. Au-delà des meurtres individuels, le premier pogrom a lieu à Cracovie en août 1945 : attaques de synagogues, de centres communautaires et d’appartements, assassinats. Dans toute la région, qui accueille des Juifs d’autres lieux, les exactions se multiplient. Elles s’étendent à toute la Pologne. Les assassinats dans les trains se répandent. En mai 1946, alors que les rapatriements s’accélèrent, le Comité central de Varsovie a établi une liste de près d’un millier de morts officiellement recensés. Mais qu'un rabbin tiennent de tels propos me fait penser aux juifs qui vivent en Iran. Je peux comprendre qu'il soit embarrassé, mais alors on la ferme si on a pas le courage de dire ce que l'on pense.

8Article précédentLe procès Abdeslam reprend en son absence, regards tournés vers sa défense
8Article suivantGuerre d'Algérie: le droit à des pensions reconnu aux victimes non françaises