Quantcast i24NEWS - Le parquet fait appel de la relaxe de Jawad Bendaoud

Le parquet fait appel de la relaxe de Jawad Bendaoud

Jawad Bendaoud au Palais de justice le 24 janvier 2018
AFP
"Il n’est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes"

Le parquet a annoncé mercredi qu'il faisait appel de la relaxe de Jawad Bendaoud et des condamnations contre les deux autres prévenus prononcées par le tribunal correctionnel de Paris.

"Ne partageant pas l'analyse du tribunal, le parquet a interjeté appel de la décision prononcée ce jour par la 16ème chambre" du tribunal, a-t-il annoncé. L'appel n'étant pas suspensif, il ne remet pas en cause la sortie de prison de Jawad Bendaoud, qui aura lieu "ce soir", selon une source judiciaire.

La justice française qui a relaxé mercredi Jawad Bendaoud, qui comparaissait pour avoir logé deux des auteurs des attentats djihadistes du 13 novembre 2015 à Paris, alors que l'accusation avait requis contre lui quatre ans de prison.

"Il n'est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes (...) afin de les soustraire aux recherches", a déclaré la présidente du tribunal, Isabelle Prévost-Desprez.

Jawad Bendaoud, qui était jugé depuis le 24 janvier pour "recel de malfaiteurs terroristes", a levé les bras, tapé sur l'épaule de gendarmes et embrassé son avocat à l'annonce du jugement.

En revanche Mohamed Soumah, lui aussi jugé pour "recel de malfaiteurs terroristes", a été condamné à cinq ans d'emprisonnement. Jouant le rôle d'intermédiaire, il avait mis en contact Hasna Aït Boulahcen, chargée de trouver une planque aux deux jihadistes en fuite, et Jawad Bendaoud. Le parquet avait requis quatre ans de prison contre lui.

Le troisième prévenu, Youssef Aït Boulahcen, jugé pour "non-dénonciation de crime terroriste", a lui été condamné à quatre ans de prison, dont un avec sursis. Le tribunal n'a toutefois pas demandé de mandat de dépôt pour ce prévenu, qui comparaissait libre. Il est le frère d'Hasna Aït Boulahcen et le cousin d'Abdelhamid Abaaoud, un des cerveaux présumés des attentats. Le parquet avait requis cinq ans de prison contre lui.

Jawad Bendaoud, un délinquant multirécidiviste, avait mis à disposition d'Abdelhamid Abaaoud et de son complice, Chakib Akrouh, un squat où ils s'étaient repliés à Saint-Denis, près de Paris. Ils étaient arrivés le 17 novembre au soir dans l'appartement où ils sont morts tôt le lendemain dans l'assaut des policiers.

Il sortira ce mercredi soir de prison.

Commentaires

(6)

PAUVRE FRANCE

Encore une insulte pour les victimes On marche sur la tête Que vont penser les futurs voyous ? Et bien que la France est un pays où l’on peut être un délinquant sans être inquiété puisqu’il y a une totale impunité

Rien de neuf sous le ciel de la France, BRAVO!

Hallucinant. Jawed était responsable des personnes qu’il hébergeait particulièrement si ces personnes était des terroristes. Ne pas le rendre responsable est le pire des signes envoyés à tous les islamistes de la planète. Aux US il aurait passé sa vie derrière les barreaux...

Il va pouvoir ouvrir sa boîte ds l'immobilier et propose des locations. Son rêve est d'être ministre du logement.

On marche sur la tête en France

8Article précédentGérard Filoche (ex-PS) jugé en avril pour son tweet antisémite
8Article suivantRéforme du bac: "les progressistes ont détruit l'école" (Finkielkraut à i24NEWS)