Quantcast i24NEWS - Réforme du bac: "les progressistes ont détruit l'école" (Finkielkraut à i24NEWS)

Réforme du bac: "les progressistes ont détruit l'école" (Finkielkraut à i24NEWS)

Le philosophe Alain Finkielkraut dans "Conversations avec Anna Cabana" le 14.02.2018
i24NEWS

"Les progressistes ont détruit l'école, je ne dirai pas pour autant que M. Blanquer est conservateur mais il nous sort de cette opposition pour rendre à l'école sa mission première," a estimé mercredi soir le philosophe Alain Finkielkraut dans "Conversations avec Anna Cabana".

"Mme Belkacem a supprimé les classes bi langues, supprimer le grec et le latin et Blanquer redresse la barre et remet la culture au centre du systeme éducatif", a-t-il réagi à l'annonce mercredi de la profonde transformation du baccalauréat français.

Le sacrosaint examen né sous Napoléon "ne répond plus aux besoins modernes de formation", selon le président Emmanuel Macron, qui veut en faire une de ses réformes "majeures".

"L'histoire redevient chronologique et non dispersive et c'est une heureuse surprise car le programme de Macron n'annoncait pas cela," a-t-il ajouté.

"La bataille que j'ai menée pour un enseignement digne de ce nom contre la démolition progressive et progressiste de l'école, cette bataille je croyais l'avoir perdue et bien non, elle n'a pas servie à rien... nous avons preparé le terrain à Blanquer," a-t-il considéré.

Un "examen mensonger et corrupteur"

Le bac est un "examen mensonger et corrupteur", a-t-il jugé.

"Les professeurs étaient contraints de rehausser les notes des candidats pour qu'il y ait à chaque fois entre 85 et 90% de reçus ce que les médias appelent année après année "un bon cru". On contraint les professeurs à tricher et je trouve que c'est absolument épouvantable. La moralisation de la vie publique devrait commencer par le fait de rendre la liberté aux enseignants," a expliqué le membre de l'Académie française.

"Les signes envoyés sur cette question par le ministère se contredisent : on nous dit que l'un des objectifs de la réforme est de rendre les résultats plus conformes à la réalité du niveau scolaire sans pour autant assécher le taux de réussite d'examen ce qui n'est pas crédible", a-t-il soulevé.

"Ca va faire que l'université continuera d'être engorgé et que la fin de la première année sera un abattoir du bac pour tous. On ne peut pas passer à la licence pour tous, au diplôme pour tous et cela consisterait à tout brader et ça enfoncerait la France dans une médiocrité dangeureuse," a-t-il prévenu.

M. Finkielkraut "salue la réforme" de celui qu'il appelle "le miracle du gouvernement" mais a "peur qu'elle n'aille pas assez loin dans le sens de la vérité."

Le nouveau baccalauréat, dont la première session aura lieu en 2021, ne comptera plus que quatre épreuves écrites, dont le français et la philosophie, et un grand oral, tandis les séries spécialisées seront supprimées, a annoncé mercredi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

Pour revoir l'intégralité de l'intervention d'Alain Finkielkraut




Commentaires

(1)

Merci monsieur finkelkraut Oui Monsieur Blanquer est en train de sauver l'éducation nationale Enfin la médiocrité "progressive" Le nivellement par le bas sont rejetés Merci Monsieur Le ministre

8Article précédentLe parquet fait appel de la relaxe de Jawad Bendaoud
8Article suivantUne fausse victime du 13-Novembre jugée en mars pour escroquerie