Quantcast i24NEWS - "Il faut porter un combat contre l’antisémitisme" (G. Collomb à i24NEWS)

"Il faut porter un combat contre l’antisémitisme" (G. Collomb à i24NEWS)

Gérard Collomb à i24NEWS lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif)
i24NEWS

"Il faut porter un combat contre l’antisémitisme et contre le racisme", a déclaré le ministre français de l’Intérieur Gérard Collomb à i24NEWS lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) qui se tenait mercredi soir à Paris.

"L’antisémitisme connait un renouveau à la fois sous une forme traditionnelle et sous une forme nouvelle, hélas", déplore le ministre Collomb qui promet d’intervenir "très fortement" pour le combattre.

"Certains en France peuvent se laisser entraîner par Internet et par un certain nombre de messages de propagande et donc il faut intervenir très fortement pour lutter contre ces dérives et empêcher qu’un certain nombre d’esprits faibles ne se laissent attirer dans des entreprises qui évidemment doivent être totalement condamnées et réprimées", déclare-t-il.

Interrogé sur le combat mené par la France au Sahel face aux terroristes de l’AQMI et la menace qu’ils représentent sur le territoire français, M. Collomb a indiqué qu’il se rendra la semaine prochaine au Niger pour s’entretenir avec l’ensemble des ministres de l’Intérieur du G-5 Sahel "pour voir comment on peut contrer ces terroristes qui mettent en péril un certain nombre d’Etats".

Se référant ensuite à la coopération antiterroriste entre les services de sécurité français et israéliens, le chef de la place Beauvau a fait savoir que cette coopération est "très importante" avec Israël comme avec d’autres pays.

"Le terrorisme est un fléau mondial qui porte le crime et le sang partout dans le monde", a souligné M. Collomb.

"Nous devons nous unir pour lutter contre cette dérive d’un islamisme qui porte la mort dans beaucoup de pays", a-t-il conclu.

Plus d’un millier de personnes ont participé mercredi au dîner du Crif, devenu un rendez-vous sans équivalent dans l'agenda public par son pouvoir d'attraction de responsables politiques (ministres en nombre, parlementaires...), ambassadeurs, dignitaires religieux, chefs d'entreprises, leaders syndicaux ou personnalités des médias.

Parmi les personnalités réunies figuraient le président Emmanuel Macron, son prédécesseur le président François Hollande, l'ex-Premier ministre Manuel Valls et une quinzaine de membres de l'actuel gouvernement, dont le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer et le porte-parole Benjamin Griveaux.

Les époux Beate et Serge Klarsfeld, militants de la mémoire de la Shoah, ou encore Riss, directeur de Charlie Hebdo, étaient également présents.

Le vice-président du FN, Louis Aliot, a accusé mercredi soir le Crif de porter une responsabilité dans la montée de l'antisémitisme, estimant que "pendant qu’il pointait le FN, l’islam a avancé (...) dans l’espace public".

Commentaires

(0)
8Article précédentJean-Yves Le Drian quitte le Parti socialiste (officiel)
8Article suivant"Pauvre Juif", la nouvelle glace russe qui provoque l'ire de la communauté juive