Quantcast i24NEWS - Les frappes en Syrie "pour l'honneur de la communauté internationale" (Macron)

Les frappes en Syrie "pour l'honneur de la communauté internationale" (Macron)

Le président français Emmanuel Macron quitte la tribune après son discours devant le Parlement européen à Strasbourg, le 17 avril 2018
Frederick FLORIN (AFP)

Le président français Emmanuel Macron a défendu mardi devant le Parlement européen les frappes menées contre des sites d'armes chimiques en Syrie par les Etats-Unis, le Royaume Uni et la France, qui "sont intervenus pour l'honneur de la communauté internationale".

"Regardons nos principes en face et demandons-nous où nous voulons aller: ces frappes ne règlent rien mais elles mettent fin à un système auquel où nous nous étions habitués qui est que, en quelque sorte, le camp du droit serait devenu le camp du faible", a plaidé M. Macron devant les eurodéputés.

Lors de son allocution, il a également mis en garde contre "les tentations autoritaires" en Europe, appelant au contraire à "défendre fermement" une "souveraineté européenne réinventée".


"Je ne veux pas faire partie d'une génération de somnambules", a lancé M. Macron en terminant son discours devant les eurodéputés réunis dans l'hémicycle. "J'appartiens à une génération qui n'a pas connu la guerre et qui est en train de s'offrir le luxe d'oublier ce que les prédécesseurs ont vécu", a-t-il averti.

Face à des bancs largement remplis, le président français a dressé un tableau sombre de la situation du Vieux continent sur fond de montée des populismes et du sentiment anti-européen dans nombre de pays de l'UE.

"Une forme de guerre civile européenne réapparaît" et "nos égoïsmes nationaux parfois nous paraissent plus important que ce qui nous unit face au reste du monde", a estimé M. Macron dans ses propos liminaires, applaudis par les eurodéputés à l'exception des rangs de l'extrême-droite.

Ce discours était le premier prononcé devant le Parlement européen, placé sous haute sécurité, par le jeune président français, qui avait choisi "l'Ode à la joie" de Beethoven, l'hymne européen, pour célébrer son élection il y a près d'un an.

Frederick FLORIN (AFP)

"Il faut entendre la colère des peuples d'Europe. Ce n'est pas de démagogie dont ils ont besoin mais d'un projet", a précisé le chef de l'Etat français.

Ce projet doit viser à "défendre fermement une souveraineté pleine et entière" de l'Europe, a-t-il plaidé. En proposant notamment une taxe sur le numérique qui servirait notamment à financer des projets européens, ainsi qu'un programme pour financer les collectivités qui accueillent des réfugiés.

La France "est prête à augmenter sa contribution" au budget européen dans le cadre du prochain budget pluriannuel de l'UE pour la période qui s'ouvrira en 2021, a annoncé M. Macron. "Mais pour cela c'est une refondation du budget lui-même qu'il faut envisager", a-t-il ajouté, en proposant notamment la suppression des rabais "qui ne sauraient survivre au Brexit".

Intervenant après M. Macron, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a répondu: "La vraie France est de retour. Je salue le retour de la France parmi nous". Mais, a-t-il ajouté, "n'oublions pas que l'Europe n'est pas seulement franco-allemande".

Emmanuel Macron est attendu jeudi après-midi à Berlin pour s'entretenir avec la chancelière Angela Merkel de l'avenir de la zone euro. Mais le parti conservateur de Mme Merkel a critiqué lundi notamment son idée de création d'un budget propre à la zone euro pour aider les investissements.

(avec agence)

Commentaires

(2)

pour l honneur de la communauté internationale que compter vous faire pour l l'oppression exercé au palestiniens? pour faire respecter les décisions de l ONU quel sanctions seront prise?

pourquoi mon commentaire a disparu ? c'est la pensée unique sur ce site ?

8Article précédentItalie: des inscriptions nazies retrouvées dans l'enceinte de la Chambre des députés
8Article suivantUE: Bruxelles propose d'ouvrir les négociations d'adhésion avec l'Albanie et la Macédoine