Quantcast i24NEWS - Rien n'arrêtera le projet de loi sur le boycott des implantations israéliennes (député irlandais à i24NEWS)

Rien n'arrêtera le projet de loi sur le boycott des implantations israéliennes (député irlandais à i24NEWS)

L'interdiction d'entrée en Israël pour les partisans du boycott ne dissuadera pas l’opposition irlandaise de se prononcer en faveur d’un projet de loi interdisant le commerce avec les implantations israéliennes, a déclaré le député irlandais Niall Collins lors d’une interview accordée à i24NEWS.

Le Sénat irlandais s'est prononcé en faveur (25-20) d'un projet de loi qui rendrait la vente et l’importation de biens produits par les implantations israéliennes passible d'une peine de cinq ans d'emprisonnement ou d'une amende de 250 000 euros, lors de sa deuxième lecture.

"Le Sénat irlandais a prêté main forte à une initiative populiste anti-israélienne, une initiative de boycott dangereuse et radicale qui sape les perspectives d'un dialogue entre Israël et les Palestiniens", a déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères dans un communiqué.

"L'absurdité de la décision du Sénat irlandais est que le boycott nuira aux nombreux Palestiniens travaillant dans les zones industrielles israéliennes touchées par le boycott", est-il ajouté.

Le haut responsable palestinien Saëb Erekat a salué un vote "historique" et un "geste courageux", qui "envoie un message clair à la communauté internationale et en particulier au reste de l'Union européenne: parler d'une solution à deux Etats n'est pas suffisant sans mesures concrètes".

Niall Collins, porte-parole du parti d'opposition Fianna Fáil, avait déclaré avant le vote à i24NEWS que son parti soutenait "absolument" le fait que faire du commerce avec les implantations constituait une infraction pénale.

Il a qualifié le projet de loi de "déclaration de soutien et de solidarité" avec les Palestiniens en tant que "personnes qui subissent des pertes en vertu d'une campagne d'occupation de territoires illégale et de privation de droits des personnes qui ont un droit naturel sur ces territoires".

Il a comparé la situation en Israël à l'époque de l’apartheid en Afrique du Sud lorsque le personnel d'une chaîne de supermarchés irlandaise "avait refusé de mettre en rayon tout produit en provenance d’Afrique du Sud en signe de soutien et de solidarité" avec la population noire du pays.

Collins a ajouté que son parti Fianna Fáil, dont le ministre des Affaires étrangères était le premier en Europe à soutenir un Etat palestinien, avait un "rôle à jouer" dans les processus de paix à l'étranger.

Le projet de loi, présenté par le sénateur indépendant Frances Black, est passé devant le Sénat irlandais après que le parti Fianna Fáil a annoncé la semaine dernière qu'il voterait en faveur de ce dernier. Aucun parti ne contrôle le Sénat irlandais et le soutien de Fianna Fáil a donné une majorité aux initiateurs du projet de loi.

Lorsque le projet de loi a été débattu pour la première fois au Sénat irlandais en janvier avant son report à la demande du gouvernement minoritaire, le sénateur du parti Fianna Fáil Mark Daly a annoncé que son parti était "favorable à l'idée" de la législation et soutenait sa "grande force". M. Collins a révélé à i24NEWS qu'il avait abordé ce débat "avec l’esprit ouvert" et qu’il avait subi des pressions de la part des deux parties, aussi bien lors de rencontres avec des envoyés palestiniens et israéliens.

GPO

Le gouvernement irlandais a opposé un refus peu convaincant au projet de loi. Au cours du débat du mois de janvier, le ministre des Affaires étrangères Simon Coveney avait condamné la politique israélienne d’implantations, mais avait déclaré que le projet de loi aurait un effet "polarisant" à ce moment-là, ajoutant qu'il serait "ouvert aux discussions" à l'avenir si le processus de paix israélo-palestinien n’avançait pas.

L'année dernière, les autorités israéliennes ont en effet reçu l’autorisation de refuser l'entrée sur le territoire des citoyens étrangers qui "appellent publiquement au boycott d'Israël". De nombreux partisans du boycott contre Israël se sont vu d'ailleurs refuser des visas en vertu de cette loi ou ont été expulsés lors de leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion.

Collins a souligné que cette interdiction n'empêcherait pas son parti de soutenir la loi qui criminalise le commerce avec les implantations.

"Cela m'inquiéterait qu'Israël essaie d'empêcher un parlementaire étranger de se rendre sur ses terres", a-t-il dit. "Mais ce ne me fera pas changer d’avis sur mon soutien à ce projet de loi". Il a ajouté que l'interdiction d'entrée sur le territoire israélien "n’a jamais été et ne sera jamais un facteur" que son parti prendra en considération.

Guilad Erdan, ministre de la Sécurité publique en charge des recommandations relatives aux interdictions d’entrées sur le territoire, a refusé de confirmer s’il recommanderait d'interdire l'entrée à tous les députés irlandais en faveur du projet de loi. Il a ajouté que chaque cas serait examiné individuellement pour quiconque aurait l'intention de se rendre en Israël.

Collins a insisté sur le fait qu'il ne considérait pas le projet de loi comme un acte de "boycott d'Israël" et qu'il ne concernerait que le commerce avec les implantations dans "tout territoire occupé", y compris la partie nord de Chypre occupée par les Turcs et le Sahara occidental occupé par le Maroc.

Il a également ajouté que le processus de paix de l'Irlande devait servir de leçon pour les Israéliens et les Palestiniens, exhortant Israël à cesser "immédiatement" ses constructions d’implantations afin de montrer ses "bonnes intentions" et de ne pas saboter la paix.

Lors du premier débat, Israël a qualifié le projet de loi sur les implantations d’"immoral", affirmant qu'il "donne plus de pouvoir aux terroristes du Hamas" et a convoqué l'ambassadeur irlandais pour le réprimander.

Si le Sénat irlandais se prononce en faveur du projet, ce dernier devra être soumis aux deux chambres de l'Oireachtas irlandaise avant de pouvoir devenir une loi.

Eylon Levy est un journaliste d'investigation pour i24NEWS. Twitter: @EylonALevy

Commentaires

(0)
8Article précédentRien n'arrêtera le projet de loi sur le boycott des implantations israeliennes (député irlandais)
8Article suivantUE: la question migratoire à l'ordre du jour d'une réunion des 28 en Autriche