Quantcast i24NEWS - "On sent une volonté politique derrière l'affaire Sarah Halimi" (Me Buchinger à i24NEWS)

"On sent une volonté politique derrière l'affaire Sarah Halimi" (Me Buchinger à i24NEWS)

Devant la juge d'instruction, le meurtrier présumé de Sarah Halimi, tuée à Paris en avril, a reconnu qu'il connaissait la judéité de sa victime mais nie tout acte antisémite
Capture d'écran TF1

"On sent une volonté politique" derrière l'affaire Sarah Halimi, surtout de la part de la justice et de la police qui "font tout pour ralentir les choses", a estimé Me Buchinger, l'ancien avocat de la famille de la victime lors d'un entretien accordé mercredi à i24NEWS.

Un nouveau rapport d'expertise psychiatrique assure que le meurtrier présumé de Sarah Halimi, Française juive de 65 ans défenestrée en 2017 aux cris d'"Allah Akbar", n'était pas conscient de ses actes, ont annoncé mercredi des avocats des parties civiles.

Le précédent rapport psychiatrique concluait à une responsabilité partielle de M. Traoré le soir du meurtre en raison d'une "altération du discernement". Ces nouvelles conclusions rendent cette fois l'auteur du meurtre pénalement irresponsable et pourraient mener à un non-lieu.

Me Buchinger, qui a été dessaisi de l'affaire mardi soir, a confirmé à i24NEWS que si le non-lieu est prononcé par les juges d'instruction, il serait alors impossible d'organiser un procès.

Rappelant les nombreuses incohérences dans cette affaire, Me Buchinger, a également dénoncé la lenteur de la justice depuis le début de l'instruction, notamment lorsqu'il s'agissait d'inscrire le caractère aggravant d'antisémitisme au motif du meurtre de Sarah Halimi.

"La juge d'instruction traîne des pieds", a-t-il dit à i24NEWS. Il y a "une sorte d'intention" de "minimiser l'affaire", car, selon lui, la justice ne souhaite pas que l'on "note la faute de la police de ne pas être intervenue immédiatement" lors du drame.

En effet, les policiers ont fait irruption trop tard dans l'appartement.

De plus, la justice n'a toujours pas tranché en faveur d'une reconstitution de la scène de crime, malgré les demandes répétées de l'avocat.

Cette étape est effectivement essentielle aux yeux de Me Buchinger afin de prouver la préméditation du meurtre de Mme Halimi.

M. Traoré a en effet d'abord pénétré dans l'appartement d'une famille voisine avant de s'infiltrer dans celui de la victime par le balcon.

Le meurtre de la sexagénaire, que Kobili Traoré, son voisin, est soupçonné d'avoir tué, avait suscité une intense émotion dans la communauté juive, et au-delà.

Noémie Fitoussi

En février dernier, après des mois de bras de fer, le caractère antisémite de cet acte avait été retenu par la justice française.

"Cette deuxième expertise, qui n'avait même pas été demandée par la défense, contredit entièrement le premier rapport judiciaire", a déploré Me Gilles-William Goldnadel, avocat de la belle-soeur de Sarah Halimi.

Une abolition du discernement signifierait la fin des poursuites judiciaires.

Une troisième expertise a été demandée par le magistrat instructeur, a indiqué une avocate des trois enfants de la victime, Me Caroline Toby.

En concluant à l'abolition du discernement du suspect, cette nouvelle expertise va à l'encontre du premier rapport d'expertise psychiatrique du Dr Daniel Zagury.

Selon ce dernier, dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, Kobili Traoré a été pris d'une "bouffée délirante aiguë", liée à une forte consommation récente de cannabis, qui a altéré le discernement du jeune homme sans pour autant l'abolir.

Cette nuit-là, Kobili Traoré, 28 ans, s'était introduit chez sa voisine, au troisième étage d'un immeuble de logements sociaux dans un quartier populaire de Paris, Belleville. Aux cris d'"Allah Akbar", entrecoupés d'insultes et de versets du Coran, ce jeune musulman l'avait rouée de coups sur le balcon, avant de la précipiter dans la cour.

(avec agence)

Commentaires

(3)

ahhhh la justice française no comment pauvre dame repose en paix elle sera vengé amen

si l'irresponsabilité penale du meurtrier de mme Halimi est reconnue,pas de proces.donc, aucune reconstitution pour definir le role exact de chacun Aaretz

se dirige t'on vers un deni de justice? Aaretz

8Article précédentGrèce: profanation d'un mémorial de la Shoah à Thessalonique
8Article suivantRien n'arrêtera le projet de loi sur le boycott des implantations israeliennes (député irlandais)