Quantcast i24NEWS - Manifestation à Londres contre la visite de Trump

Manifestation à Londres contre la visite de Trump

Manifestants contre la visite de Donald Trump à Londres le 12 juillet 2018
Tolga AKMEN / AFP

Quelques centaines de personnes ont manifesté jeudi soir à Londres dans un vacarme assourdissant pour signifier au président américain Donald Trump qu'il n'était pas le bienvenu au Royaume-Uni, où il effectue une visite de travail.

"Donald Trump n'est pas le bienvenu!" ont scandé en coeur les manifestants rassemblés devant les grilles de Winfield House, résidence de l'ambassadeur des Etats-Unis dans Regent's Park, où Donald Trump passera sa première nuit au Royaume-Uni avec son épouse Melania.

Pendant près d'une heure de demie, ils ont fait le maximum de bruit possible pour dénoncer les politiques de Trump en matière migratoire, climatique ou d'armement, équipés de casseroles, sifflets, mégaphones ou crécelles.

"Combien d'enfants as-tu mis en cage aujourd'hui?" ont crié les manifestants, en référence aux enfants retenus par les autorités américaines après être arrivés illégalement aux Etats-Unis. La foule s'est brièvement tue pour écouter la bande-son de leurs pleurs.

AFP

"N'importe quel être humain raisonnable serait choqué et scandalisé par cela. Apparemment, Donald Trump ne l'est pas", a dénoncé un des organisateurs de la manifestation, Shabbir Lakha. 

Sur les pancartes s'affichaient des messages comme "Trump, une relation spéciale? Dites simplement non", "Enfermez-le", "Dégage" ou "Arrête de mentir".

"C'est l'un des hommes les plus dangereux de la planète", a mis en garde Sara Jones, une militante contre les armes nucléaires, fustigeant le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien.

"Il porte fondamentalement atteinte à la culture, aux règles et aux lois" des Etats-Unis, a regretté Calah Singleton, une écrivaine américaine de 28 ans résidant à Londres.

Les manifestants ont hué à pleins poumons quand un hélicoptère a emmené Donald Trump vers Blenheim, imposante résidence de campagne près d'Oxford, où il participe à un dîner de gala.

De nombreuses protestations anti-Trump ponctueront la visite du président américain, la plus massive devant rassembler des dizaines de milliers de personnes vendredi à Trafalgar Square, dans la capitale britannique.

"Cette protestation n'est pas anti-américaine, loin de là. La plupart de ceux qui défileront vendredi aiment les Etats-Unis, comme moi", a indiqué le maire de Londres, Sadiq Khan, dans un communiqué.


"Mais avoir une relation spéciale signifie que nous attendons l'un de l'autre les valeurs les plus élevées, et cela implique aussi de dire quand les valeurs qui nous sont chères sont menacées". 

Interrogé sur ces manifestations avant son départ pour Londres, Donald Trump a rétorqué que les Britanniques "(l)'aiment beaucoup". 

Commentaires

(4)

sur cette photo,on peut voir qu'il n'y a que quelques dzaines de jeunes manifestantesen premier plan et tres peu de jeunes manifestants en arriere plan on n'est loin des"quelques centaines" dont vous parlez vous savez que la jeunesse est excessive L'activisme de mr Trump a bousculé le ron ron diplomatique il obtient des resultats et il va en obtenir d'autres nous pourrons mettre à son credit l'effondrement du regime iranien et le changement radical de cap de la corée du nord il va faire financer l'otan de façon plus importante par les pays qui en profitent le plus Ces choses que les administrations precedentes n'avaient pas reussies Aaretz

Cette manifestation est une queue de fourmi qui n'aurait jamais dû avoir un relais dans les medias.. Qui s'intéresse au fait que quelques dizaines d'énervés professionnels, toujours à l'affût pour sortir hurler dans la rue, s'exciteraient à Londres contre TRUMP ??? A Paris, nous pouvons assister tous les week-ends à des manifestations bien plus importantes, sur des sujets divers et variés, dont peu de monde s'intéresse... Faire monter en épingle un non-évènement prouve la stupidité des organisateurs qui feraient mieux de s'occuper de sujets sérieux.....

Il y a un lien entre les mouvements anti Trump sur la question du Mexique, avec ceux de Londres appuyés par leur maire, et ceux qui mobilisent des flottilles contre Israël, avec ceux enfin qui tentent de déstabiliser les pays de l'UE avec les migrants. Mitterrand avait eu une phrase pour ce type de manœuvre :"les pacifistes sont à l'ouest et les missiles à l'est".

Ce sont les mêmes énergumènes que ceux du BDS. Faut les laisser s’exciter en vain...

8Article précédent"L'affaire Sarah Halimi doit être traitée comme un attentat terroriste" (avocats)
8Article suivantFrance: Édouard Philippe présente vendredi un nouveau plan de lutte antiterroriste