Quantcast i24NEWS - Athènes juge "arbitraire" l'expulsion de ses diplomates par Moscou

Athènes juge "arbitraire" l'expulsion de ses diplomates par Moscou

Le quartier d'Anafiotika situé dans la zone archéologique de l'Acropole, le 10 juillet 2018 à Athènes, en Grèce
LOUISA GOULIAMAKI (AFP)

Le ministère grec des Affaires étrangères a accusé vendredi Moscou d'avoir "arbitrairement" décidé l'expulsion de diplomates grecs en Russie, en réponse à un acte similaire le mois dernier par Athènes.

Lundi, l'ambassadeur grec à Moscou a été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères où il a été informé de "mesures réciproques" en réponse "aux actions inamicales d'Athènes", avait indiqué la diplomatie russe qui aurait ainsi décidé de l'expulsion de deux diplomates grecs.

"La décision russe est arbitraire et vindicative, elle n'est fondée sur aucun élément", ont réagi vendredi les autorités grecques.

Athènes a rappelé vendredi que l'expulsion mi-juillet de deux diplomates russes et l'interdiction à deux autres citoyens russes d'entrer sur son territoire, se fondaient "sur des preuves concrètes" quant à "l'activité illégale des officiers russes en Grèce".

Le gouvernement grec accuse "d'ingérence" des responsables russes dans le règlement de sa dispute avec la Macédoine.

La Macédoine et la Grèce ont signé le 17 juin l'accord historique pour rebaptiser l'actuelle ex-République yougoslave de Macédoine (ARYM) en "Macédoine du Nord".

ludovic MARIN (AFP)

Cet accord est censé résoudre leur différend vieux de 27 ans sur l'usage du nom de Macédoine et permet à l'ex-république yougoslave d'envisager une adhésion à l'Otan.

Moscou avait estimé en juillet que la décision grecque d'expulser des Russes était motivée par la tenue du sommet de l'Otan le 11 et 12 juillet, au cours duquel l'Alliance atlantique a invité Skopje à ouvrir des négociations d'adhésion, en vertu de cet accord trouvé avec Athènes.

Selon la presse grecque, Athènes reproche aux diplomates russes d'avoir tenté d'influencer la communauté monastique orthodoxe du Mont-Athos et les autorités locales du nord de la Grèce, où existent des noyaux nationalistes, pour organiser des manifestations contre l'accord avec Skopje, ce qui n'a pas été démenti par le ministère grec.

Dans ce contexte, "la Grèce répondra avec sobriété et patience" à l'expulsion de ses diplomates, a conclu le communiqué ministériel.

Commentaires

(0)
8Article précédentL'Allemagne lève l'interdiction de symboles nazis dans les jeux vidéo
8Article suivantOleg Sentsov en grève de la faim: Macron propose des solutions à Poutine