Apple retire l'application d'Alain Soral de sa plateforme, l'UEJF se réjouit

i24NEWS - AFP

3 min
L'essayiste d'extrême droite Alain Soral, le 12 mars 2015 à Paris
AFP / LOIC VENANCEL'essayiste d'extrême droite Alain Soral, le 12 mars 2015 à Paris

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) s'est félicitée jeudi du retrait de l'application de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral "Égalité et réconciliation" de la plateforme d'Apple App Store, mais a regretté que Google la propose encore.

"Apple a décidé de retirer de l'App Store l'application d'Alain Soral", écrit l'UEJF dans un communiqué. Pour l'association, qui avait appelé à un tel retrait la semaine dernière, c'est "une victoire de l'application de la loi républicaine sur le déferlement de haine que souhaitait propager le multirécidiviste de la haine sur l'App Store".

https://twitter.com/i/web/status/1042704218845585410 ...

Ce post ne peut être affiché car les cookies pour les réseaux sociaux sont désactivés. Vous pouvez les réactiver en cliquant sur .

En revanche, "l'UEJF constate qu'à ce jour, l'application est toujours disponible sur le Google Play Store pour 2€79". Or elle est "contraire à la loi française et aux conditions générales d’utilisation de Google Play Store en raison des fake news, des propos et dessins négationnistes, homophobes, racistes ou antisémites que l'on (y) retrouve".

Selon la description disponible sur Google Play Store, l'application a été développée "dans le but de rendre la consultation du site internet d'Egalité & Réconciliation sur smartphone plus conviviale. Elle permet également d'accéder directement à la radio ERFM".

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) avait demandé mercredi dernier à Apple et Google de retirer de leurs plateformes l'application de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral "Égalité et réconciliation", jugeant qu'ils font du recel de "contenus racistes et antisémites".

Début juin, l'essayiste a été condamné à deux peines de prison avec sursis pour provocation à la haine raciale, après la diffusion sur son site internet de deux dessins antisémites. Sa chaîne YouTube avait ensuite été fermée par la plateforme vidéo américaine, mais avait rouvert ensuite.

Cet article a reçu 0 commentaires