Quantcast i24NEWS - Macron se dit opposé à la pénalisation de l'antisionisme

Macron se dit opposé à la pénalisation de l'antisionisme

Emmanuel Macron le 19 février 2019 à Paris
LUDOVIC MARIN (AFP)

Emmanuel Macron s'est prononcé mardi contre la pénalisation de l'antisionisme, avis partagé par le président de l'Assemblée nationale et des responsables de groupes, très réservés sur la proposition émise en ce sens par des députés.

"Je ne pense pas que pénaliser l'antisionisme soit une solution", a déclaré le président de la République devant la presse, alors qu'une vague d'inscriptions, de slogans antisémites a été enregistrée depuis une semaine en France et que le philosophe Alain Finkielkraut a subi des insultes samedi de la part de "gilets jaunes".

"Mais je confirme que ceux qui, aujourd'hui dans le discours, veulent la disparition d'Israël sont ceux qui veulent s'attaquer aux Juifs. Je pense néanmoins que lorsqu'on rentre dans le détail, la condamnation pénale de l'antisionisme pose d'autres problèmes", a ajouté le chef de l'Etat.

Le président de l'Assemblée Richard Ferrand (LREM) a lui estimé que "l'arsenal législatif" était "tout à fait au point" pour lutter contre l'antisémitisme. Il a appelé sur BFMTV et RMC à une "réflexion très approfondie avant de faire des annonces intempestives".

Philippe LOPEZ (AFP)

L'idée émane de députés membres du groupe d'études sur l'antisémitisme, présidé par Sylvain Maillard (LREM). "C'est une initiative personnelle" et "il faut en débattre entre nous", a estimé lors de la réunion du groupe majoritaire son patron Gilles Le Gendre, selon des propos rapportés.

"Le juge a déjà la possibilité de condamner au cas par cas un antisionisme qui s'apparenterait à de l'antisémitisme", a estimé devant la presse Isabelle Florennes, porte-parole MoDem. Il serait toutefois "intéressant d'évaluer la loi Gayssot (de 1990)" pour "adapter l'arsenal".

Le chef de file des députés LR Christian Jacob considère que la loi "condamne (déjà) aussi bien l'antisémitisme que l'antisionisme" et il n'y a pas "besoin d'un texte législatif supplémentaire". Son groupe devrait en revanche proposer une résolution, sans valeur contraignante.

Pour Jean-Christophe Lagarde, président du groupe UDI-Agir, "c'est vrai qu'il y a une part de l'antisémitisme qui se cache derrière l'antisionisme". "Mais l'antisionisme, c’est en réalité être contre une politique" et "c’est une opinion, pas un délit", a-t-il poursuivi, en "accord" avec le chef de l'Etat.

A gauche, le porte-parole des socialistes Boris Vallaud a jugé qu'un tel texte "ne serait pas la bonne réponse" en "cette période troublée".

"Rarement dans l'émotion une loi aussi importante, aussi sérieuse ne peut être efficace et opérante", a aussi estimé Sébastien Jumel (PCF).

"L'instrumentalisation à des fins politiciennes de la lutte contre l'antisémitisme, c'est la rabougrir et la mettre en danger", a considéré Adrien Quatennens (LFI) auprès de LCP.

M. Maillard a réfuté lundi tout projet "de circonstance". Son groupe d'études, qui compte une trentaine de membres de tous les groupes, doit se réunir mardi après-midi pour décider d'un éventuel véhicule, proposition de loi ou proposition de résolution (sans valeur contraignante).

Commentaires

(14)

Débat très délicat: oui il doit être possible de critiquer une politique économique ou sociale mais dans la cas présent l anti sionisme se positionne clairement comme de l antisémitisme promu par les partis d extreme gauche et les mouvances islamiques radicales Alors OUI il faut pénaliser toute forme d antisémitisme le problème c est trouver la bonne manière .... sans être convaincu que cela sera la clef du problème

Non l’anti sionisme n’est pas une opinion !! Le sionisme est avant tout et reste le projet du peuple juif de retrouver sa terre ancestrale et d’y faire revenir tous ceux qui ont dù, forcé et contraint la quitter, il y a plusieurs siècles déjà! Être antisioniste signifie par conséquent vouloir la destruction une fois de plus, de l’état juif !

Nissim : L’anti sionisme n’est pas une opposition à une politique israélienne. C’est une opposition au droit du peuple juif à avoir son état !!!!

Juridiquement c impossible la loi c la loi

C’est le problème des juifs pas celui des faux culs Anti sioniste = protection juridique qui permet d’être antisémite

Ry52, tu dois être un grand juriste !...

C’est incroyable, à chaque fois on nous dit :"on a le droit de critiquer la politique israélienne", ok. Mais quand c’est la seule politique à être critiquée alors que ces antisem..., pardon, anti sionistes se taisent sur les 600 000 morts en Syrie, sur l’occupation bien réelle celle-là d’une partie de la Crète par la Turquie et du Tibet par la Chine, sans parler de tous les conflits au monde qui impliquent des arabo-musulmans (donc TOUS les conflits), où est leur crédibilité ? C’est de l’antisem...pardon à nouveau, de l’antisionisme obsessionnel enragé et maladif !...

rigolo ce Macron tolérance 100% à l antissemitisme

Est-ce que critiquer le gouvernement israélien, c'est être anti-sioniste ? Est-ce que critiquer le gouvernement français, est être anti-français ? Alors, l'antisionisme est un néologisme qui remplace le mot antisémitisme. Oui, censurez-moi...

Erreur historique !

Honteux Macron

Macron encore à côté de la plaque.

Les gouvernants de la France ont toujours eu du mal à prendre les bonnes décisions : les effets nocifs de Tchernobyl qui ne pourraient jamais venir en France, le sang contaminé qui ne pourrait jamais donner le sida aux hémophiles, et aujourd’hui, hésiter à assimiler l’antisionisme à l’antisémitisme. Les antisémites savent que ce terme est interdit en France alors ils utilisent à la place le terme antisioniste. Pourtant toute la classe politique a bien identifié le problème sauf bien sûr l’extrême-gauche et ses acolytes.... mais ce qui est le plus surprenant, c’est que le président « ne soit pas favorable » à cette décision alors qu’il s’en était fait le porte-parole, devant les caméras, lors de son discours à la commémoration du 75 ème anniversaire de La rafle du Vel’ d’Hiv en 2017.

Faudrait déjà reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israel

8Article précédentYair Lapid réagit à la profanation d'environ 80 tombes juives en Alsace
8Article suivantFrance/Antisémitisme: Macron promet "des actes" et "des lois"