Pas de résultats.

close

"Je ne permets aucune lutte violente contre Israël" (Mahmoud Abbas)

i24NEWS

clock 3 min

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 6 janvier 2016 à Bethléem
THOMAS COEX (AFP)Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 6 janvier 2016 à Bethléem

"J'aimerai commencer des négociations directes avec les représentants israéliens" (Président de l'AP)

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rejeté le recours à la lutte violente contre Israël pour mettre fin à l'"occupation israélienne" et a déclaré qu'un Etat palestinien ne serait établi que par des moyens diplomatiques, rapporte le Jérusalem Post lundi.

Dans une interview avec la chaîne koweïtienne Scoop TV dimanche, depuis son bureau à Ramallah, Abbas a déclaré:

"Nous sommes désormais engagés dans un soulèvement populaire qui comprend des protestations massives et des manifestations contre l'occupation, j'aimerai commencer des négociations directes avec des représentants israéliens."

"De 2000 à 2005 nous nous sommes engagés dans une lutte violente qui a ruiné le pays et nous ne sommes pas parvenus à quoi que ce soit. Au contraire, l'opinion publique internationale a pris parti pour Israël, qui a jouit d'une légitimité internationale pour attaquer les Palestiniens", a affirmé Abbas.

"Je ne vais pas entrer dans une lutte violente. Je ne vais pas perdre mon peuple et mon pays. Je vais me battre dans le domaine politique pour atteindre mon objectif. Je ne permets aucune lutte violente contre Israël et je suis déterminé à empêcher quiconque à utiliser les armes "a -t-il ajouté.

En ce qui concerne le soutien international pour la lutte palestinienne, le président de l'AP a déclaré:

"Le monde a commencé à changer, et ce changement est manifeste dans l'opposition européenne aux colonies israéliennes et vis-à-vis de l'étiquetage des produits israéliens de Cisjordanie. Même les États-Unis affirment qu'ils ne peuvent pas soutenir les colonies."

"Je suis allé au Japon, qui ne reconnaît pas officiellement la Palestine. Cependant, lors de ma visite, j'ai rencontré l'empereur, la garde d'honneur m'a accueilli et l'hymne palestinien a été joué aux côtés de l'hymne japonais. Je fus reçu comme un chef d'Etat" a-t-il souligné.

S'exprimant au sujet du rôle des États-Unis dans les négociations de paix israélo-palestiniennes, Abbas a critiqué le secrétaire d'Etat américain John Kerry pour ne pas être assez décisif.

"Durant ma dernière entrevue avec Kerry, j'ai soulevé trois questions: les négociations israélo-palestiniennes, l'offre française d'organiser une conférence de paix internationale et le plan palestinien à se tourner vers le Conseil de sécurité de l'ONU pour mettre fin à l'occupation israélienne. Kerry m'a dit qu'il allait examiner les questions, mais il ne m'a pas donné de réponse" a-t-il déclaré.

Vers la fin de l'interview, Abbas a lancé une attaque sans précédent contre l'Iran: "Il n'y a pas de relations officielles entre l'Iran et nous. Il y a une ambassade et un ambassadeur, mais ils n'ont pas de contacts directs avec nous."

L'offre de l'Iran de fournir aux familles des martyrs palestiniens des récompenses financières démontre selon Abbas, l'engagement indirect de l'Iran avec l'Autorité palestinienne

"Aujourd'hui, nous avons publié une déclaration disant que nous ne savons rien au sujet des fonds iraniens, je dis aux Iraniens: 'vous voulez vous engager en Palestine? Alors vous devez le faire en collaboration avec l'Autorité palestinienne. Si nous avons une ambassade en Iran, pourquoi opérer indirectement?" a-t-il conclu.