Quantcast i24NEWS - Rencontre Abbas/Sissi au Caire: "Israël est en phase de radicalisation"

Rencontre Abbas/Sissi au Caire: "Israël est en phase de radicalisation"

Rencontre entre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi au Caire, le 28 mai 2016
WAFA NEWS AGENCY
Le chef de la Ligue arabe a fustigé Israël qui n'est qu"un bastion de fascisme et de discrimination raciale"

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré au président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qu'Israël est confrontée à un processus de "radicalisation" au cours de ces dernières années, qui a mené Avigdor Lieberman au gouvernement, lors d'une réunion entre les deux dirigeants samedi au Caire ont rapporté les médias israéliens.

"Il y a une véritable radicalisation ces dernières années en Israël, et même de hauts responsables israéliens le reconnaissent; c'est ce qui a amené Lieberman au gouvernement", a déclaré Abbas.

Les deux hommes ont discuté des derniers développements régionaux ainsi que du conflit israélo-palestinien, mais aussi du projet français de conférence internationale pour relancer l'effort de paix avec les Palestiniens, et la tenue de la réunion du groupe d’appui international le 3 juin prochain à Paris avec la participation de l’Egypte.

Au cours de la réunion, Abbas a remercié Sissi, déterminé à incliner l'initiative de paix égyptienne en faveur des Palestiniens.

Etaient présents lors de cette entrevue, le Secrétaire général de l’OLP, Saeb Erekat, le ministre des Affaires étrangères, Riadh al-Maliki, le conseiller diplomatique du président Majdi al-Khalidi, le chef des services de renseignement le général Majed Faraj, ainsi que le délégué permanent à la Ligue arabe, Jamel Chawbaki.

Le président de l'Autorité palestinienne a par ailleurs rencontré les ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe.

Les chefs des diplomaties arabes ont adopté une résolution soutenant "l'initiative française et tous les efforts arabes et internationaux" pour des pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens.

Lors de cette réunion, le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a fustigé Israël, qui selon lui, est le "dernier bastion du fascisme, du colonialisme et de la discrimination raciale dans le monde".

Côté israélien, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a rejeté lundi le projet français de conférence internationale.

Les négociations bilatérales sont "le seul moyen de progresser vers la paix", a dit Netanyahou lors d'une rencontre avec le Premier ministre français Manuel Valls. Il a proposé à M. Valls une "initiative française différente" sous la forme de discussions bilatérales à Paris.

Netanyahou s'est constamment opposé à l'idée d'une conférence internationale et s'est toujours dit prêt à rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas à tout moment et en tout lieu.

Mais le président de l'Autorité palestinienne a rejeté l'offre israélienne, accusant les Israéliens de paralyser les discussions.

"Nous avons beaucoup essayé avec le gouvernement israélien de faire appliquer des traités signés et de faire respecter nos engagements et les leurs, mais ils refusent", a-t-il affirmé samedi.

Paris dit vouloir remobiliser la communauté internationale autour d'une "solution à deux Etats" à la faveur d'une grande conférence qui aurait lieu à l'automne avec les Israéliens, les Palestiniens et les grands acteurs concernés.

Pour en jeter les bases, elle doit réunir le 3 juin les chefs de la diplomatie d'une vingtaine de pays et les représentants de grandes organisations internationales, mais sans les Israéliens et les Palestiniens pour ne pas vouer d'emblée l'effort à l'échec.

Commentaires

(2)

Pur phénomène projectif que d'imputer à son adversaire les maux dont on souffre soi même. Les arabes persistent dans l'aveuglement et semblent incapables de comprendre que le Hamas odieuse entité terroriste est le seul obstacle à la paix avec Israël, et que l hypothétique État palestinien serait parfaitement ingérable. Abbas faible et révisionniste est incapable de s imposer comme chef d'état. La déclaration du chef de la ligue arabe démontre sa totale ineptie Israël est la plus grande démocratie au monde. Sa pretendue radicalisation n'est que la manifestation de sa légitime défense face aux manieursde couteaux de cuisine manipulés par la pseudo intelligentsia palestinienne et autres tunneliers consommateurs de budgets colossaux qui devraient être alloués au bien être de la population de Gaza. Corruption, immoralite, soif de sang juif, qui voudrait acter la paix avec de tels personnages. Daesh pointe son nez du côté syrien ...bienvenue à Liberman

Même les "radicaux" en Israel sont pacifiques. Ils ne sont radicaux qu'à cause des pseudo partenaires qui les y obligent.

8Article précédentIrak: les forces d'élite prennent position autour de Fallouja
8Article suivantL'Egypte fait appel à une société française pour rechercher les boîtes noires de l'A320