Quantcast i24NEWS - Les enfants réfugiés, cibles de recrutement pour l’Etat islamique (rapport)

Les enfants réfugiés, cibles de recrutement pour l’Etat islamique (rapport)

Des enfants réfugiés assis dans un pick-up à Bab-Al Salam le 6 Février 2016
AFP
"Les jeunes demandeurs d’asile sont la cible des groupes extrémistes en raison de leur vulnérabilité"

L’Etat islamique (EI) a mis au point un système pour attirer les enfants des camps de réfugiés à l’aide d’incitations financières, allant jusqu’à financer les frais exorbitants des passeurs, dans le but d’en faire de nouvelles recrues, rapporte le think-tank londonien Quilliam.

La situation précaire dans laquelle vivent ces enfants, beaucoup d’entre eux étant séparés de leurs parents, permet un endoctrinement rapide et efficace pour agrandir les rangs des terroristes de l’EI.

"Les jeunes demandeurs d’asile sont la cible des groupes extrémistes en raison de leur vulnérabilité et la facilité à les endoctriner, à en faire des soldats, et dans le cas des filles, à s’assurer de nouvelles générations de combattants", assure Nilita Malik, chercheuse à Quilliam. 

Le rapport délivré par le think-tank présente selon elle "les exigences nationales et internationales visant à réduire les risques de trafic d'enfants, d'extrémisme et d'esclavage moderne."

Quilliam affirme que l’Etat islamique a offert jusqu’à 2.000 dollars pour recruter dans les camps de réfugiés au Liban et en Jordanie.

BULENT KILIC (AFP)

Les forces spéciales jordaniennes assuraient l’an dernier avoir identifié une cellule de l’Etat islamique au sein du camp de réfugiés près d’Irbid.

Selon les chiffres de l’Unicef, près d’un migrant sur cinq est un enfant. Europol, l’agence de renseignements de l’Union européenne (UE), soutient que 88.300 enfants non-accompagnés sont déclarés disparus, et donc exposés au risque de radicalisation.

Les chiffres avancés concernent les enfants dont "toute trace a été perdue après leur enregistrement auprès des autorités européennes" explique Brian Donald, un responsable d’Europol, cité par The Observer.

La police a découvert que les bandes de passeurs aidant les réfugiés à venir en UE sont les mêmes qui s’occupent du trafic de personnes, raconte-t-il.

27% des migrants venus en Europe en 2015, soit 270.000 personnes, étaient des enfants. Au moins 26.000 d’entre eux sont entrés en UE sans être accompagnés, selon les données d’une ONG britannique Save the Children.

Cette organisation a également relevé plusieurs cas d’abus sexuels, de violence et d’extorsion dont les réfugiés mineurs ont été victimes.

Commentaires

(0)
8Article précédentPremière visite d'une délégation turque en Israël depuis la normalisation
8Article suivantPlus de cent morts dans des avalanches en Afghanistan