Quantcast i24NEWS - Israéliens et Palestiniens se disputent la Terre Sainte au salon du tourisme

Israéliens et Palestiniens se disputent la Terre Sainte au salon du tourisme

Israelis and Palestinians compete for the Holy Land at tourism fair
Polina Garaev
Les tour-opérateurs palestiniens vendent les mêmes destinations que leurs collègues israéliens

Une lutte de pouvoir silencieuse se fait sentir entre deux stands de l'ITB Berlin, la plus grande foire commerciale du monde, où 10 000 professionnels du tourisme venant de 187 pays se sont réunis.

"Visit the Holy Land", le slogan le plus associé à l'industrie touristique israélienne, apparaît ici comme le le principal slogan de la campagne palestinienne pour attirer les potentiels touristes.

Dans le but de prendre une part des 7 milliards d'euros dépensés chaque année à la foire, les tour-opérateurs palestiniens s'affichent devant des stands faisant la promotion de voyages à destination de Bethléem, Jéricho, Tel Aviv, Haïfa et la frontière avec la Jordanie.

Polina Garaev

"Nous sommes dans une concurrence sérieuse [avec les Israéliens], mais malheureusement, il s'agit d'une concurrence déloyale", affirme Majed Ishaq, directeur général du département marketing du ministère palestinien du Tourisme. "Nous sommes toujours sous occupation, nous n'avons pas de point d'entrée en Palestine et Israël contrôle tout l'accès du tourisme vers la Palestine."

Les tour-opérateurs palestiniens vendent les mêmes destinations que leurs collègues israéliens, admet-il, "mais les Israéliens préfèrent vendre leur pays et oublier notre part des recettes. Maintenant, le défi est d'essayer d'obtenir le plus gros morceau du gâteau du tourisme en Terre Sainte. "

Polina Garaev

"Lorsque nous avons commencé à venir ici, les gens n'imaginaient pas qu'il y avait une destination appelée Palestine ", note Ishaq. "Ils ont demandé, 'où est-ce situé ?' C'est Jérusalem, mais c'est Israël. Il y avait beaucoup de questions sur la Palestine, mais maintenant les choses ont changé. "

Attirer les touristes dans les hôtels palestiniens, les relier aux guides et aux entreprises palestiniennes, c'est plus que générer des profits, souligne-t-il. Il a un sens politique, un potentiel pour influencer les esprits des gens qui apprennent sur la Palestine et les Palestiniens en grande partie à partir de "l'injuste" couverture médiatique internationale.

Mais sur le stand israélien de l'autre côté du parc des expositions, la plupart des représentants restent insensibles à l'opposition apparente. "Jérusalem est beaucoup plus que la Ville sainte", assure Eli Nahmias, directeur du Tourisme à l'Autorité de développement de Jérusalem, en insistant qu'ils ne considèrent pas les Palestiniens comme des rivaux.

Polina Garaev

"Nous sommes en train de promouvoir Jérusalem avec tous ses avantages et toutes ses forces, pas seulement le fait qu'elle soit la Ville sainte. Nous apportons beaucoup d'autres aspects de la ville méconnus encore aujourd'hui du grand public ", a-t-il poursuivi, faisant référence à la scène culinaire de la ville, la variété des événements culturels et des attractions touristiques. "Les gens peuvent venir à Jérusalem pour une raison, mais ils découvrent ici un monde entier."

Plus récemment, le ministère du Tourisme israélien a lancé une campagne intitulée "Deux villes, une pause", destinée aux Européens pour des vacances à Jérusalem et Tel Aviv. "Cette combinaison est devenue très attrayante, en particulier pour la jeune génération", déclare Amir Halevi, directeur général du ministère.

La diversité du paysage, combinée avec les courtes distances et le climat chaud, fait d'Israël un concurrent majeur sur cette scène internationale, rassure Halevi. Et avec la menace sécuritaire de plus en plus évidente dans le monde, Israël commence à devenir un endroit qualifié de sûr.

"Les touristes savent que personne ne peut dire où aura lieu la prochaine attaque, mais ils savent qu'en Israël, nous avons beaucoup d'expérience et c'est pourquoi les gens se sentent en sécurité pour venir ici."

Les chiffres, dit-il, ne cessent d'augmenter. "Nous avons beaucoup de nouvelles compagnies aériennes intéressées par de nouveaux vols directs vers Israël. Nous avons beaucoup de voyageurs qui veulent travailler en Israël et nous espérons continuer sur cet élan et d'augmenter le nombre de touristes venant en Israël. "

Polina Garaev est la correspondante d'I24NEWS en Allemagne.

Commentaires

(2)

Anonymous fait encore un commentaire d'ignare. Je l'invite à consulter les 22000 millionnaires palestiniens et le classement du PIB des palestiniens. Vous aimez imaginer les pays arabes faibles et vous focaliser sur la pauvreté (sauf dans vos pays) Regardez en passant le classement du PIB qui est mieux encore qu'en Egypte. Venir vomir sur ce site est juste écœurant et il ne me semble pas que nous en faisant autant sur les vôtres.

En fin de compte, les "palestiniens" ont tout, sauf un pays. A quoi sert-il d'avoir des ambassades, des consulats, des ministères, des représentations, des sièges à l'ONU, etc. alors qu'il manque l'essentiel ? Faut-il rappeler que dans leur "Palestine" chimérique bourrée de fantasmes et de délires, la monnaie utilisée est le "Shekel" et que les fournitures d'eau, d'électricité et de gaz, entre autres, sont fournis par Israël ? Si un jour ils sortent de leurs délires et qu'ils réalisent que leurs violences et leurs crimes ne les mèneront à rien, et que malgré l'appui de toute la planète, ils ne s'en sortiront qu'en établissant un dialogue ave Israël. Que cela leur plaise ou non, il n'y a pas d'autre issue... Bizarre que des "Anonymous" puissent venir nous vomir dessus en toute tranquillité...

8Article précédentAnkara dénonce le rapport de l'ONU "biaisé" sur la région kurde
8Article suivantYémen: 20 civils et 6 rebelles tués dans une frappe de la coalition arabe