Quantcast i24NEWS - Yémen: 20 civils et 6 rebelles tués dans une frappe de la coalition arabe

Yémen: 20 civils et 6 rebelles tués dans une frappe de la coalition arabe

De la fumée à Sanaa, au Yémen, après des raids aériens, le 22 janvier 2017
MOHAMMED HUWAIS (AFP)
La coalition arabe a été accusée à plusieurs reprises de bavures, ayant coûté la vie à des civils

Vingt civils et six rebelles ont été tués vendredi au Yémen dans un raid aérien de la coalition arabe qui a touché un marché dans la ville portuaire de Khoukha, sur la mer Rouge, selon des sources militaire et médicale.

L'aviation de la coalition sous commandement saoudien a pris pour cible un barrage des rebelles à l'entrée sud de Khoukha mais ces derniers ont rapidement fait mouvement vers un marché de qat où un raid a fait 26 morts, dont 20 civils, a indiqué un responsable militaire loyaliste.

L'attaque, dont le bilan a été confirmé par une source médicale, a eu lieu à l'entrée du marché de qat, une herbe euphorisante consommée à grande échelle au Yémen, selon le responsable militaire.

Il a accusé les rebelles chiites Houthis, qui contrôlent Khoukha, de s'être servis des civils comme "boucliers humains".

La chaîne de télévision des rebelles Al-Masirah a fait état du raid aérien, précisant qu'il avait fait 27 morts et des dizaines de blessés.

Il n'a pas été possible dans l'immédiat d'obtenir une réaction de la coalition arabe.

Mohammed HUWAIS (AFP)

Celle-ci a apporté son soutien militaire au gouvernement yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi, en lançant une campagne de frappes contre les rebelles qui s'étaient emparés à partir de 2014 de larges pans du territoire dont la capitale Sanaa.

La coalition, qui intervient militairement depuis mars 2015 au Yémen, a été accusée à plusieurs reprises de bavures, ayant coûté la vie à des civils, et promis de tout faire pour éviter ce genre d'incidents.

A la mi-février, neuf civils ont péri dans un raid aérien de la coalition ayant frappé une cérémonie de deuil dans la région d'Arhab, située à 40 km au nord de Sanaa et contrôlée par les rebelles, selon des sources médicales.

Human Rights Watch (HRW) avait rapporté que deux écoliers et un responsable d'une école avaient été tués le 10 février dans un raid aérien de la coalition dans le district de Nehm, près de Sanaa.

En octobre, la coalition avait reconnu avoir tué par erreur plus de 140 personnes au terme d'une enquête sur des raids aériens le 8 octobre contre une cérémonie de deuil à Sanaa.

En décembre, elle avait également reconnu avoir commis une "erreur" le 15 août lorsqu'elle avait mené un raid meurtrier près d'un hôpital soutenu par Médecins sans frontières (MSF) dans une province du nord contrôlée par les rebelles.

Par ailleurs, un navire de la coalition a explosé jeudi soir en heurtant une mine au large de Mokha, une ville portuaire sur la mer Rouge reprise début février par les forces pro-Hadi aux rebelles, ont indiqué les Houthis sur le site Sabanews.net qu'ils contrôlent. L'explosion a fait des victimes, selon eux.

L'incident n'a pas été confirmé par la coalition ou une source indépendante. 

Depuis l'intervention de la coalition, plus de 7.400 personnes ont été tuées et plus de 40.000 blessées, en bonne partie des civils, sur fond de grave crise humanitaire.

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraéliens et Palestiniens se disputent la Terre Sainte au salon du tourisme
8Article suivantL'Iran accuse de nouveau Israël d'avoir assassiné ses scientifiques nucléaires