Quantcast i24NEWS - Les dirigeants du Hamas contraints de quitter Doha à la demande du Qatar

Les dirigeants du Hamas contraints de quitter Doha à la demande du Qatar

Qatar hosts the largest US airbase in the Gulf region, which is crucial to operations against Islamic State group jihadists
Eric Feferberg (AFP/File)
Les dirigeants du groupe terroriste vont se rendre au Liban, en Malaisie et en Turquie

De hauts responsables du Hamas basés au Qatar ont quitté le pays lundi, ont confirmé des sources palestiniennes, suite à une crise sans précédent entre les Etats du Golfe et Doha, qui ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques, accusant leur voisin de "soutien au terrorisme".

Le journal israélien Haaretz rapporte que les dirigeants du groupe terroriste vont se rendre au Liban, en Malaisie et en Turquie.

Parmi ceux qui ont déjà quitté le pays, Saleh al-Arouri, un commandant militaire qui supervise les cellules terroristes de la Cisjordanie, s'est rendu en Malaisie.

Musa Dudin, fondateur d'une cellule à Gaza responsable de la planification des attentats terroristes en Cisjordanie, aurait également déménagé.

Au cours du week-end, la chaîne libanaise Al Miyadin a signalé que le gouvernement qatari a publié une liste de personnes devant quitter la capitale.

Le Hamas a nié ces informations.

MAHMUD HAMS (AFP)

Le micro-Etat péninsulaire aurait exprimé ses regrets quant à l'expulsion des responsables du Hamas, qui précise avoir eu la main forcée par une "pression extérieure".

Les Etats-Unis, Israël et l'Union européenne considèrent le Hamas comme une organisation terroriste. La confirmation de l'expulsion survient le jour où l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Yémen, le Bahreïn et l'Égypte ont tous rompu leurs liens diplomatiques avec Doha.

En mai, l'ex-chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a été nommé nouveau leader du mouvement islamiste palestinien, en remplacement de Khaled Mashaal qui vit au Qatar.

Haniyeh a répété son désir de rester basé dans la bande de Gaza plutôt que d'opérer en exil.

A lire: Analyse: la mise en quarantaine du Qatar, quelle leçon pour la France?

Commentaires

(3)

La Turquie s'est engagée dans les derniers accords conclus avec Israël à ne plus accueillir ces dirigeants!

ce dirigeant actuel n'a rien à faire de sa parole. à part que le tourisme vers la Turquie va encore drastiquement chuter.

La Turquie est un partenaire commercial de premier plan pour israel

8Article précédentLes politiques des Occidentaux se sont "retournées contre eux" (guide iranien)
8Article suivantCrise/Pays du Golfe: l'Iran et la Turquie appellent au dialogue