Quantcast i24NEWS - Israël veut accueillir une journaliste iranienne condamnée à mort

Israël veut accueillir une journaliste iranienne condamnée à mort

An El Al Boeing 777-258 sits on the tarmac of Ben Gurion International Airport near Tel Aviv on July 19, 2016
JACK GUEZ (AFP)
Nada Amin a été condamnée à mort pour avoir écrit pour le site d"information Times of Israel

Une journaliste iranienne, Nada Amin, condamnée à la peine de mort dans son pays d'origine pour avoir travaillé avec le journal Times of Israel, recevra un visa de l'Etat hébreu, a assuré dimanche le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri.

Il y a trois ans, Nada Amin a fui l'Iran pour la Turquie, mais Ankara a annoncé son intention de rapatrier la jeune femme à Téhéran dans les prochains jours, où elle sera très probablement arrêtée par les autorités iraniennes dès son arrivée.

"Il y a un réel danger pour sa vie", a déclaré Deri dans les médias israéliens. "J'ai accepté son entrée sur le territoire sans la moindre hésitation", a-t-il ajouté.

Le ministre a répondu à une demande émise par l'Association des journalistes de Jérusalem et l'Association nationale des journalistes.

"Amin s'attend à être arrêtée immédiatement après son arrivée en Iran, et risque d'être exécutée à cause de son travail de journaliste", a déclaré le frère de cette dernière dans une lettre adressée au ministre Deri.

"C'est une journaliste qui met sa vie en danger seulement parce qu'elle écrit dans les colonnes d'un site d'information israélien", a souligné le ministre de l'Intérieur, cité par Ynet.

L'Iran ne reconnaît pas l'existence d'Israël et qualifie régulièrement "l'entité sioniste" de "cellule cancéreuse". La République islamique est considérée comme l'ennemi numéro par l'Etat hébreu.

Commentaires

(2)

si c'était le contraire, aucun pays au monde n'y aurait cru.

Quel silence assourdissant des journalistes du monde entier pour leur collègue iranienne ....

8Article précédentIsraël: la justice retire la citoyenneté d'un terroriste arabe israélien
8Article suivantEn Iran, des députés critiqués pour leur chasse aux selfies avec Mogherini