Liban: des centaines de manifestants à Beyrouth au 100e jour de la contestation

i24NEWS - AFP

2 min
Des manifestants anti-gouvernement face aux forces de sécurité dans le centre-ville de la capitale libanaise de Beyrouth près du siège du parlement le 18 janvier 2020
AFP / ANWAR AMRODes manifestants anti-gouvernement face aux forces de sécurité dans le centre-ville de la capitale libanaise de Beyrouth près du siège du parlement le 18 janvier 2020

"Après 100 jours, ils continuent de faire ce qu'ils veulent, comme si le peuple n'avait rien dit"

Des centaines de Libanais ont manifesté samedi à Beyrouth contre le nouveau gouvernement dont ils dénoncent l'affiliation à une classe politique accusée de corruption et d'incompétence, au 100e jour d'une contestation inédite contre le pouvoir. 

Video poster

Sous le slogan "Pas de confiance", plusieurs marches ont été organisées dans différentes rues de la capitale sous haute surveillance sécuritaire, avant de converger vers le centre de Beyrouth.

Le Liban s'est doté mardi d'un nouveau gouvernement formé de "technocrates" affiliés, selon les manifestants, aux partis politiques qu'ils conspuent. 

La rue réclame depuis le 17 octobre le départ de l'ensemble de la classe dirigeante et la formation d'un cabinet composé de spécialistes indépendants du sérail politique, au pouvoir depuis la fin de la guerre civile (1975-1990).   

Sur la place des Martyrs, l'un des épicentres de la contestation, des manifestants ont repris à pleins poumons des slogans phares du mouvement, notamment "Révolution, révolution".

"Après 100 jours, ils continuent de faire ce qu'ils veulent, comme si le peuple n'avait rien dit", dénonce une manifestante.

Il a fallu un mois au Premier ministre Hassan Diab pour former son gouvernement, composé de 20 ministres dont certains universitaires et professionnels chevronnés, sur fond de divisions sur l'attribution des portefeuilles ministériels. 

Le grave crise politique s'est accompagnée ces derniers mois d'une détérioration de la situation économique, avec des licenciements en masse, des restrictions bancaires drastiques et une dépréciation de la monnaie nationale sur le marché parallèle.

Video poster

Cet article a reçu 0 commentaires