Quantcast i24NEWS - Mission de l'OLP: les Palestiniens gèlent les rencontres avec les Américains

Mission de l'OLP: les Palestiniens gèlent les rencontres avec les Américains

Le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erakat le 15 mars 2016 dans les bureaux de l'OLP à Ramallah
THOMAS COEX (AFP/Archives)
"En fermant le bureau de l'OLP, ils gèlent eux-mêmes toutes les rencontres"

Les Palestiniens ont décidé de geler les rencontres avec les officiels américains après l'annonce par l'administration Trump de la fermeture à venir de la représentation palestinienne à Washington, ont indiqué mardi des responsables.

"A quoi bon les rencontrer alors qu'ils ferment notre bureau", a dit le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

"En fermant le bureau (de l'Organisation de libération de la Palestine - OLP) ils gèlent eux-mêmes toutes les rencontres. Nous ne faisons qu'officialiser cet état de fait", a-t-il ajouté.

Un porte-parole de l'OLP, Achraf Khatib, a indiqué que le président de l'organisation Mahmoud Abbas avait donné pour instructions de "couper les lignes de communication avec les Américains".

Les Palestiniens mettent à exécution les menaces proférées en fin de semaine passée, après que l'administration Trump les eut informés de son intention de fermer le bureau de représentation de l'OLP, sorte d'ambassade de l'organisation reconnue par l'ONU comme la représentante du peuple palestinien.

Les responsables palestiniens ont ouvertement exprimé leur colère après cette annonce de l'administration Trump, le ministre palestinien des Affaires étrangères notamment avait réagi en indiquant que l'Autorité palestinienne ne se plierait pas au "chantage" américain.

L'administration du président Donald Trump avait menacé l'OLP de fermer son bureau diplomatique à Washington à moins d'engager des "négociations directes et sérieuses" avec Israël.

AP Photo/Jason DeCrow

Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a estimé que les Palestiniens avaient enfreint une disposition d'une loi américaine, adoptée en décembre 2015, qui stipule que la mission de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) doit fermer si les Palestiniens tentent de traîner Israël devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes présumés de l'Etat hébreu dans les Territoires.

Le Département d'Etat a estimé que des récentes déclarations du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, contrevenaient à cette disposition.

Dans son discours devant l'Assemblée générale des Nations unies en septembre, M. Abbas avait exhorté la CPI à "ouvrir une enquête et poursuivre les responsables israéliens pour leur participation aux activités de colonisation et aux agressions contre (son) peuple".

Commentaires

(7)

objectif des palestiniens depuis 1967 c'est détruire Israël,créer un état palestinien n'a aucun sens pour eux ils ont dejà la Jordanie et la bandede Gaza...alors ils vont attendre le prochain mresident des etats unis....quand a une culture terroriste c'est difficile de changer

Pas depuis 1967, mais depuis 1947

Ce peuple a été inventé en 1967 par l'URSS et l'ancien dictateur de L'Egypte Nasser qui a pris la déculottée à la guerre des six jours quand Tsahal a repris Jerusalem et le territoires perdus en 1948 lors de la guerre d'indépendance contre tous les pays Arabes qui n'acceptaient pas le vote de l'ONU, le mot Palestiniens date du temps des Romains et c'était le nom qu'ils donnaient aux Juifs à cette période lors de destruction du deuxième temple, c'est écrit dans tous les livres d'histoire et les dictionnaires avec le drapeau bleu et blanc et l'étoile de David!

Ça démontre leur non volonté de faire et de vivre en paix!

De fieffés cretins! À côté d’eux, les Dalton passent pour des prix Nobel..

Mais ou cela va nous conduire,fermer les portes ne même nul part,trump commence à me faire peur,,,qu hachémite nous guide

Israel ne doit pas rester un état juif.

8Article précédentL'Iran "ne cherche pas à dominer" le Moyen-Orient (Rohani à Macron)
8Article suivantIsraël: l'envoyé égyptien appelle à saisir "de réelles opportunités" pour la paix