Pas de résultats.

close

Pétrolier attaqué au large d'Oman: l'Iran prévient qu'il répliquera s'il est pris pour cible

AFP

clock 2 min

President Hassan Rouhani addresses the Iranian nation in a televised speech, Tehran, Iran, August 6, 2018.
Iranian Presidency Office via APPresident Hassan Rouhani addresses the Iranian nation in a televised speech, Tehran, Iran, August 6, 2018.

L'attaque, qui n'a pas été revendiquée, a fait deux morts

Téhéran a averti lundi qu'il répondrait à tout "aventurisme" s'il est pris pour cible, après que Washington, Londres et Israël l'ont accusé d'être derrière une attaque meurtrière contre un pétrolier en mer d'Oman, ce que l'Iran a nié.

"La République islamique d'Iran n'hésitera pas à protéger sa sécurité et ses intérêts nationaux", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes Saïd Khatibzadeh dans un communiqué.

Il a promis que son pays "répondrait immédiatement et de manière décisive à tout éventuel aventurisme".

Jeudi, le pétrolier Mercer Street, géré par la société d'un milliardaire israélien, a été la cible d'une attaque au drone en mer d'Oman, selon l'armée américaine qui dispose de navires dans la région.

L'attaque, qui n'a pas été revendiquée, a fait deux morts: un Britannique employé par la société de sécurité Ambrey, et un membre d'équipage roumain, selon l'armateur Zodiac Maritime, propriété de l'Israélien Eyal Ofer.

Video poster

Israël a aussitôt pointé du doigt l'Iran, son ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid accusant vendredi la République islamique d'être "un exportateur de terrorisme, de destruction et d'instabilité qui fait mal à tout le monde". 

Téhéran a nié toute implication: "le régime sioniste (Israël, NDLR) doit cesser de (lancer) de telles accusations infondées", a déclaré dimanche M. Khatibzadeh.

Toutefois, le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a rejeté ces déclarations affirmant : "Je peux dire avec une certitude absolue que l'Iran a mené cette attaque contre le navire (...) Il y a des preuves de cela".

Londres et Washington ont également accusé Téhéran.

La Grande-Bretagne estime que cette action "délibérée" a été "menée par l'Iran", a affirmé dimanche le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab.