Pas de résultats.

close

Le bilan de l'attentat à l'aéroport de Kaboul monte à 100 morts

i24NEWS

clock 3 min

Une des victimes de l'attentat à l'aéroport évacuée vers l'hôpital de Kaboul.
AFP / Wakil KOHSARUne des victimes de l'attentat à l'aéroport évacuée vers l'hôpital de Kaboul.

La double explosion a tué au moins 12 soldats américains et en a blessé 15 autres

Le bilan de la double attaque suicide perpétrée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) à l'aéroport de Kaboul est monté vendredi à 85 morts, dont treize soldats américains, dans une atmosphère tendue à quelques jours de la fin prévue des évacuations des étrangers et afghans qui cherchent à fuir le nouveau régime taliban.

L'attentat, mené jeudi à la tombée du jour, a semé le chaos et la désolation parmi les milliers d'Afghans massés sur place dans l'espoir de monter dans un des avions affrétés par les Occidentaux. 

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des dizaines de victimes, mortes ou blessées, étendues dans les eaux saumâtres d'un canal d'égout, entourées de secouristes débordés et démunis. Hommes, femmes et enfants couraient dans tous les sens pour s'éloigner du lieu des explosions. 

"Il y a beaucoup de femmes et d'enfants parmi les victimes. la plupart des gens sont choqués, traumatisés", a déclaré vendredi un responsable de l'ancien gouvernement renversé à la mi août par les talibans, en annonçant le nouveau bilan d'au moins 72 morts et 150 blessés à partir des informations recueillies dans les hôpitaux locaux.

Video poster

Le précédent bilan, donné jeudi soir par le régime taliban, faisait état de 13 à 20 morts et de 52 blessés.

La situation semblait calme vendredi matin à Kaboul, notamment autour de l'aéroport où les talibans avaient renforcé leurs barrages et où la foule semblait avoir disparu par endroits. 

La double explosion a également tué au moins treize soldats américains et en a blessé dix-huit autres, selon le Pentagone, ce qui en fait l'attaque la plus meurtrière contre l'armée américaine en Afghanistan depuis 2011.

Confronté à la plus grave crise depuis le début de son mandat et visiblement secoué, le président américain Joe Biden a réagi en promettant de "pourchasser" et de "faire payer" les auteurs de l'attaque. "L'Amérique ne se laissera pas intimider", a-t-il lancé d'un ton martial.

Ce premier attentat meurtrier depuis le retour au pouvoir des talibans le 15 août intervient à quelques jours du départ du pays des troupes américaines, prévu le 31 août après vingt ans de guerre infructueuse contre les islamistes.

Video poster