Quantcast i24NEWS - Le Hamas met en garde contre l'échec de la réconciliation avec le Fatah

Le Hamas met en garde contre l'échec de la réconciliation avec le Fatah

A delegation led by Hamas leader in Gaza Yahya Sinwar left for Egypt Friday
AP
"La réconciliation est en train de s’effondrer et chacun doit intervenir pour la sauver"

Un haut responsable du Hamas, le mouvement islamiste palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza, a mis en garde jeudi contre un possible échec de la réconciliation avec le Fatah, la formation rivale que dirige le président Mahmoud Abbas.

"La réconciliation est en train de s’effondrer et chacun doit intervenir pour la sauver", a affirmé Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza lors d'un meeting.

"Nous avons pris des mesures importantes pour parvenir à une réconciliation et nous avons consenti à de nombreuses concessions, mais la réconciliation continue à faire du surplace", a déploré M. Sinwar.

Le Hamas avait accepté le 12 octobre au Caire le retour de l'Autorité palestinienne de M. Abbas à Gaza où elle a été évincée par la force en 2007 et la prise en charge du pouvoir par un gouvernement d'union.

Aux termes d'un accord conclu sous le parrainage de l'Egypte, le Hamas devait transférer le 10 décembre le contrôle de la bande de Gaza à l'Autorité palestinienne reconnu par la communauté internationale.

Mais cette échéance est passée et les islamistes conservent l'essentiel du contrôle de cette enclave.

Depuis l'accord, l'Autorité palestinienne a pris la responsabilité le 1er novembre des points de passage avec l'Egypte et Israël. Mais le Hamas a gardé une totale mainmise sur la police et les organismes chargés de la sécurité.

Les responsables du Fatah ont accusé le Hamas de refuser de céder les véritables pouvoirs, tandis que le Hamas déplore que le Fatah n'est pas vraiment impliqué dans le processus de réconciliation.

Une des questions clés restées en suspens porte sur l'avenir de la branche militaire du Hamas.

Les Nations unies ont prévenu que l'échec de la réconciliation entre les deux principaux mouvements palestiniens risquait de provoquer de nouvelles tensions.

Commentaires

(3)

Les mafieux parlent aux mafieux, ça ne change pas d’un iota depuis Arafat l’égyptien.

L'humanité émane vraiment de ce visage !... Il y en a qui ont le physique de l'emploi...

Certes, sa tronche de bandit est une mise en garde à elle seule. Nul besoin de déclaration.

8Article précédentYémen: un million de cas de choléra suspectés selon le CICR
8Article suivantLe Liban dévoile un recensement inédit de ses réfugiés Palestiniens