Pas de résultats.

close

Iran: "Très bientôt" ne veut pas dire "bientôt" concernant la relance des pourparlers sur le nucléaire (ministre)

i24NEWS

clock 2 min

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, lors d'une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 10 septembre 2013
AP Photo/Alexandre ZemlianichenkoLe ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, lors d'une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 10 septembre 2013

"La différence sur le mot bientôt entre les Iraniens et les occidentaux est énorme"

Le ministre iranien des Affaires étrangères est revenu samedi sur ses propos émis la veille concernant la reprise "très bientôt" des pourparlers bloqués sur l'accord nucléaire iranien.

"Les gens n'arrêtent pas de demander combien de temps cela signifie. Des jours, des semaines ou des mois ?", a indiqué Hossein Amir-Abdollahian, selon la chaîne de télévision d'Etat IRINN.

"La différence sur le mot bientôt entre les Iraniens et les occidentaux est énorme", a-t-il expliqué. 

"Pour nous, 'bientôt' signifie vraiment au premier moment opportun – lorsque nos examens (du dossier nucléaire) seront terminés", a-t-il précisé.

"Ce qui est important, c'est notre détermination à reprendre les pourparlers, de manière sérieuse et garantissant les droits et les intérêts de la nation iranienne", a souligné M. Amir-Abdollahian.

"Je vous rappelle les promesses de l'Occident, telles que celle de la mise en œuvre 'bientôt', 'dans quelques mois', de l'instex", a ajouté le ministre iranien, faisant référence à la société créée en janvier 2019 par la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni pour favoriser les échanges commerciaux avec l'Iran, sans utiliser le dollar américain. 

La veille, M. Amir-Abdollahian avait dénoncé les "messages contradictoires" des Etats-Unis à propos de leur retour dans l'accord international conclu en 2015.

Video poster

"Nous examinons actuellement les paramètres des négociations de Vienne et très bientôt les négociations de l'Iran" avec les autres pays encore membres de l'accord (Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) "reprendront", avait-il dit lors d'une conférence de presse à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.

"Bientôt ou très bientôt, nous avons entendu cela toute la semaine, mais nous n'avons encore reçu aucune indication claire sur ce que cela veut dire", contestait de son côté le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.