Pas de résultats.

close

Iran: la force Qods s'appuie sur un arsenal de drones, dit l'opposition

AFP

clock 2 min

Le commandant de la Garde, le général Hossein Salami, à gauche, et le commandant de la division aérospatiale de la Garde, le général Amir Ali Hajizadeh, dévoilent un nouveau drone appelé "Gaza " dans un lieu non divulgué en Iran, le 22 mai 2021
Sepahnews via APLe commandant de la Garde, le général Hossein Salami, à gauche, et le commandant de la division aérospatiale de la Garde, le général Amir Ali Hajizadeh, dévoilent un nouveau drone appelé "Gaza " dans un lieu non divulgué en Iran, le 22 mai 2021

Téhéran "essaye de compenser avec cette technologie une force aérienne délabrée et dépassée"

Les drones sont devenus le principal outil des frappes de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, a affirmé mercredi un groupe d'opposition en exil.

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), considéré comme l'aile politique des Moudjahidine du peuple (OMPI ou MEK en persan), explique que les drones sont issus de huit usines en Iran, qui utilisent notamment des matériaux importés illégalement et les envoient ensuite dans des pays comme la Syrie et l'Irak, où ils sont assemblés et utilisés.

Le CNRI, interdit en Iran, affirme détenir ses informations de soutiens qu'ils revendiquent à l'intérieur de ce pays et fournit des images provenant selon lui d'usines de production.

La Force Qods, dirigée par le puissant général Qassem Soleimani jusqu'à son assassinat par les Etats-Unis dans une frappe en Irak en janvier 2020, est accusée par les Occidentaux de réaliser des opérations contre leurs intérêts notamment en Syrie, en Irak et au Yémen. 

Elle "utilise principalement divers types de drones pour ses opérations terroristes ainsi que pour approvisionner ses forces alliées dans la région", estime le CNRI. Selon lui, Téhéran "essaye de compenser avec cette technologie une force aérienne délabrée et dépassée", avec en particulier des moteurs et des composants électroniques en provenance de Chine et des matériaux achetés en Turquie et en Corée du Sud.

Selon le document, une unité spécialisée dans l'utilisation des drones est désormais opérationnelle au sein des forces aériennes des Gardiens de la révolution. Il y est aussi affirmé que ces derniers ont régulièrement utilisé des drones contre les forces de l'opposition syrienne, en soutien au régime du président Bachar al-Assad.