Pas de résultats.

close

Le prince héritier des Emirats se rendra prochainement en Turquie après des années de tensions

i24NEWS

clock 2 min

Archive - Rencontre entre le prince héritier d'Abou Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, et le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le 28 février 2012
UMIT BEKTAS / POOL / AFPArchive - Rencontre entre le prince héritier d'Abou Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, et le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le 28 février 2012

Après les accords d'Abraham, Ankara avait menacé de rompre les relations diplomatiques avec Abou Dhabi

Le prince héritier d'Abou Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, se rendra prochainement en Turquie pour la première fois depuis des années, alors que les deux rivaux régionaux amorcent un rapprochement, ont annoncé lundi deux responsables turcs.

La visite, qui inclura des entretiens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, devrait avoir lieu le 24 novembre, ont indiqué les responsables.

La Turquie et les Émirats arabes unis s’affrontent dans une lutte d’influence au Moyen-Orient depuis les soulèvements arabes qui ont éclaté il y a dix ans.

Ils ont soutenu les parties adverses dans la guerre civile en Libye avant que leurs différends ne s’étendent à la Méditerranée orientale et au Golfe.

Dans un revirement stratégique, le président turc a toutefois entrepris depuis plusieurs mois d’aplanir les tensions avec certains acteurs de la région. 

En août, suite à une rare réunion avec le conseiller à la sécurité nationale des Émirats, Erdogan avait ainsi déclaré qu’Ankara et Abou Dhabi avaient progressé dans l'amélioration de leurs relations, laissant entendre que cette évolution pourrait conduire à des investissements importants en Turquie.

Cette réunion avait été suivie deux semaines plus tard par un appel téléphonique entre les dirigeants des deux pays.  

Lors de leur prochaine rencontre, le chef d’Etat et le prince héritier discuteront des relations bilatérales, du renforcement des échanges économiques entre les deux pays ainsi que des développements régionaux, a-t-il été souligné. 

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a refusé de confirmer cette visite.