Israël demande aux USA de conditionner toute aide au Liban à l'imposition de restrictions au Hezbollah

i24NEWS

2 min
Des partisans du Hezbollah écoutent un discours retransmis de Hassan Nasrallah à la frontière sud du Liban, le 8 juin 2018
AP Photo/Mohammed ZaatariDes partisans du Hezbollah écoutent un discours retransmis de Hassan Nasrallah à la frontière sud du Liban, le 8 juin 2018

L'ambassadrice américaine à l'ONU a visité mardi les frontières nord et sud d'Israël

Des responsables israéliens ont affirmé mardi à l'ambassadrice américaine aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, que Washington devrait conditionner toute aide américaine au Liban à des restrictions imposées au Hezbollah.

Ces remarques ont été faites alors que l’ambassadrice américaine a visité mardi les frontières nord et sud d'Israël avec des membres de l'establishment de la défense, accompagnée de l'envoyé de l’Etat hébreu à l'ONU, Gilad Erdan.

Israël a exigé auprès de Linda Thomas-Greenfield que le Hezbollah évacue sa frontière nord et que l'armée libanaise agisse pour stopper les efforts de production de missiles du groupe terroriste. Il réclame également que les armes fournies au groupe chiite depuis l'Iran via la Syrie, soient empêchées de passer au Liban.

Les responsables israéliens ont également exprimé leur crainte que d’éventuelles armes fournies par les Etats-Unis à l'armée libanaise ne se retrouvent entre les mains du Hezbollah et ne soient utilisées contre Israël.

Ils ont également demandé à l'ambassadrice d'intervenir dans les efforts déployés par la force de maintien de la paix des Nations Unies au Sud-Liban, la FINUL, pour accroître sa surveillance des zones sous contrôle du Hezbollah dans le sud du pays, soulignant que le groupe terroriste semblait agir sans aucune entrave dans la région. 

Dans le nord, l’ambassadrice a pu voir un tunnel d'attaque creusé par le groupe terroriste libanais dans le but de s'infiltrer en territoire israélien. Les commandants locaux de Tsahal l’ont également informée de la force militaire croissante du Hezbollah et des interventions iraniennes dans la région.

"Nous travaillons ensemble pour bloquer les initiatives anti-israéliennes à l'ONU", a déclaré Gilad Erdan à l’issue de la visite. "Aujourd'hui, l'ambassadrice Thomas-Greenfield a pu voir à quel point le Hezbollah, qui est un mandataire de l'Iran, est proche de notre frontière, et elle pourra raconter ce qu'elle a vu au Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il ajouté.