Deux officiers de Tsahal tués par un autre soldat suite à une erreur d'identification

i24NEWS

2 min
Illustration  -Des soldats israéliens patrouillent à la barrière de Baqoura dans la vallée du Jourdain, le 22 octobre 2018
MENAHEM KAHANA (AFP)Illustration -Des soldats israéliens patrouillent à la barrière de Baqoura dans la vallée du Jourdain, le 22 octobre 2018

Un soldat de la même unité les a confondus avec des terroristes

Deux officiers de Tsahal ont été tués mercredi soir par un autre soldat suite à une erreur d'identification, selon les premiers éléments de l'enquête. 

Blessés par balles, les deux commandants de compagnies de la division commando ont été évacués par hélicoptère vers l'hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, où leur décès a été constaté. 

L’armée israélienne a indiqué avoir déclenché une enquête sur l’incident.

Les éléments préliminaires indiquent que les deux officiers patrouillaient dans les champs de tir de la base, suite à un entraînement qui s'est tenu hier. Après avoir identifié un individu suspect, ils ont effectué un tir d'avertissement en l'air comme le requiert le protocole.

Confondu par l'obscurité, un soldat de la même unité a pensé qu'il s'agissait de terroristes et a tiré sur eux, les blessant mortellement. 

Video poster

"C'est une matinée très triste. J'offre mes plus sincères condoléances aux familles des deux officiers tués la nuit dernière dans un tragique accident. Toute la nation d'Israël pleure leur perte", a déclaré Naftali Bennett dans un communiqué, soulignant que toutes les leçons nécessaires seraient tirées de l'incident.

"Une enquête approfondie est en cours afin d'éclaircir les circonstances de l'incident et faire qu'un tel drame ne se reproduise plus", a tweeté le ministre de la Défense, Benny Gantz.  

L'incident s'est déroulé à la base de Nabi Musa, dans la vallée du Jourdain, où l'infanterie et les forces blindées s'entraînent régulièrement. Cette base de l'armée est située dans une zone au-delà de la Ligne verte où se trouvent également des Palestiniens. 

Lors de l'opération Gardien du mur en mai dernier, un terroriste avait tenté de s’emparer de l’arme d’un combattant de la brigade Kfir à un arrêt de bus près de la base de Nabi Musa, avant d’être neutralisé par le soldat.