Twitter ferme un compte lié au guide suprême iranien après une vidéo menaçant Donald Trump

AFP

2 min
Le guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei, à Téhéran le 2 mai 2021
AFP PHOTO / HO / KHAMENEI.IRLe guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei, à Téhéran le 2 mai 2021

"Ce compte a été suspendu de manière permanente pour violation de nos règles"

Twitter a déclaré samedi avoir fermé un compte lié au guide suprême iranien Ali Khamenei qui avait publié une vidéo appelant à la vengeance pour l'assassinat du général Qassem Soleimani, et semblait viser l'ancien président américain Donald Trump.

"Ce compte a été suspendu de manière permanente pour violation de nos règles", a affirmé un porte-parole de Twitter interrogé par l'AFP.

Le compte @KhameneiSite avait posté cette semaine une vidéo d'animation simulant une vengeance contre Donald Trump, qui a ordonné il y a deux ans une frappe ayant tué le général Qassem Soleimani, alors chef de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

Il ne s'agit pas du principal compte en anglais de l'ayatollah qui est lui toujours actif, mais d'un compte multimédia qui relaie ses activités. L'an dernier, un compte similaire avait déjà été suspendu par Twitter en raison d'une vidéo semblable.

Selon Twitter, protéger les personnes et le contenu des conversations sur le réseau social est une priorité absolue de la société. Le groupe invoque des politiques claires au sujet des comportements abusifs et promet de continuer à intervenir en cas de violations.

Architecte de la stratégie d'influence régionale de l'Iran, le général Soleimani a été éliminé le 3 janvier 2020 à Bagdad par une frappe de drone américain ordonnée par Donald Trump. Le guide suprême a depuis plusieurs fois promis de venger sa mort.

Le 3 janvier, à l'occasion du deuxième anniversaire de cette frappe, le président iranien Ebrahim Raïssi a lui aussi menacé de "vengeance" des anciens dirigeants américains dont Donald Trump.

Le camp de l'ex-président américain dénonce régulièrement le bannissement du milliardaire républicain de Twitter, relevant notamment que les comptes de plusieurs dirigeants considérés par les Etats-Unis comme des autocrates, dont Ali Khamenei, sont eux autorisés à relayer leurs messages.