Ramallah: Mahmoud Abbas déclare que l'AP ira devant la CPI contre Israël pour la mort de la journaliste S. Abu Akleh

i24NEWS

2 min
Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion avec la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, à Ramallah, le 10 février 2022.
Mohamad Torokman/Pool Photo via APLe président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion avec la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, à Ramallah, le 10 février 2022.

"Ils ont commis le crime et nous ne leur faisons pas confiance"

Des milliers de Palestiniens ont assisté ce jeudi matin à une cérémonie commémorative à Ramallah à la mémoire de la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, tuée la veille à Jénine lors d'un échange de tirs entre émeutiers palestiniens et soldats israéliens.

Lors de son discours, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a déclaré qu'il tenait Israël pour responsable de sa mort et que l'AP porterait l'affaire devant la Cour pénale internationale.

Video poster

Il réitère également le rejet par l'AP d'une enquête conjointe sur la mort de Shireen, suggérée par Israël.

"Ils ont commis le crime et nous ne leur faisons pas confiance", a déclaré M. Abbas au palais présidentiel de Ramallah, ajoutant que l'Autorité palestinienne "se tournerait immédiatement vers la Cour pénale internationale".

Pour l'heure, l'auteur du tir n'a toujours pas été identifié. Israël a ouvert une enquête et a notamment demandé à l'Autorité palestinienne d'examiner les balles tirées par les émeutiers pour déterminer à qui appartient la balle qui a tué Shireen.

Les soldats israéliens, qui effectuaient un raid à Jénine pour arrêter des terroristes et empêcher de nouvelles attaques sur le sol israélien ont affirmé ne pas avoir tiré en direction des journalistes présents sur les lieux.

Ils ont indiqué en outre avoir été visés par plus de 1.000 balles lors d'échanges de tirs.

Cet article a reçu 16 commentaires