Espionnage de l'AIEA par l'Iran: "un signal d'alarme pour le monde" (N. Bennett)

i24NEWS

3 min
Le Premier ministre israélien Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 15 mai 2022.
Yonatan Sindel/Flash90Le Premier ministre israélien Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 15 mai 2022.

"Le moment est venu pour l'AIEA d'envoyer un message clair à l'Iran: ça suffit!"

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré mercredi après-midi que les preuves que l'Iran a utilisé des documents secrets de l'ONU pour prendre de l'avance sur les inspections nucléaires et dissimuler des activités d'enrichissement devraient être un "signal d'alarme pour le monde."

"La politique systématique de fraude, de vol et de dissimulation de preuves menée par l'Iran contre l'AIEA devrait maintenant devenir un fait définitif aux yeux de la communauté internationale", a-t-il affirmé dans une déclaration envoyée par son bureau.

Video poster

Selon le Wall Street Journal, les dossiers nucléaires iraniens volés par des espions israéliens dans des archives ont révélé la présence de documents de l'Agence internationale de l'énergie atomique ainsi que des notes en persan sur la manière de tromper les inspecteurs ou de dissimuler des activités entre 2004 et 2006.

Le quotidien américain avait décrit sa source d'information comme "une agence de renseignement du Moyen-Orient originaire d'un pays opposé au programme nucléaire iranien", faisant probablement référence aux services d'espionnage israéliens, qui auraient presque certainement eu besoin de l'accord de Naftali Bennett pour divulguer les documents.

Bien que les documents datent de près de 20 ans, M. Bennett a affirmé que le rapport offre "une preuve supplémentaire des efforts déployés par l'Iran pour progresser vers la réalisation d'armes nucléaires".

La République islamique insiste sur le fait qu'elle a abandonné toute ambition de se doter d'une arme nucléaire.

Naftali Bennett a fait l'éloge de Rafael Grossi de l'AIEA pour avoir continué à faire pression sur l'Iran  concernant leur activité nucléaire et pour ne pas avoir fermé les dossiers d'inspection de cette période.

"Outre la tromperie, les documents attestent d'une activité nucléaire interdite et en cours, ce qui révèle de nouvelles questions qui exigent une enquête. À la lumière de ce qui précède, le moment est venu pour le Conseil des gouverneurs de l'AIEA d'envoyer un message clair à l'Iran : Ça suffit!", a souligné M. Bennett.

Cet article a reçu 7 commentaires