Le sous-financement de l'UNRWA va provoquer son effondrement, prévient le directeur de l'agence

i24NEWS

3 min
Des écolières réfugiées tiennent des cerfs à l'école pour filles Rimal de l'UNRWA dans la ville de Gaza, lundi 12 mars 2018.
AP / Adel Hana 2018 ©Des écolières réfugiées tiennent des cerfs à l'école pour filles Rimal de l'UNRWA dans la ville de Gaza, lundi 12 mars 2018.

"Trop de réfugiés palestiniens disent vivre avec un seul repas par jour"

Le sous-financement chronique de l'UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) va finir pour conduire l’organisation à son effondrement, a averti jeudi son commissaire général, Philippe Lazzarini.

"Nous avons besoin de 817 millions de dollars (775 millions d’euros). Pas un de moins", a déclaré M. Lazzarini à la conférence des donateurs qui s'est tenue jeudi après-midi au siège des Nations unies à New York.

À cette occasion, il a demandé une aide pour financer le budget de l’URWA fixé à 1,5 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros) pour 2022, sans quoi les services de l’agence seraient interrompus, et celle-ci serait confrontée à un "effondrement financier".

L'organisation formée par l'ONU en 1949, aide les Palestiniens établis en Syrie, au Liban, en Jordanie, à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. 

"Pendant des années, nous avons géré le sous-financement chronique par des mesures internes telles que le contrôle des coûts, l'austérité et des budgets à croissance zéro", a déclaré Philippe Lazzarini.

"Aujourd'hui, nous avons épuisé nos réserves financières et atteint les limites des mesures de contrôle des coûts et d'austérité", a-t-il expliqué, ajoutant que "l'austérité affecte désormais la qualité des services."

Video poster

Un défaut de financement maintenant mettrait en péril l'éducation d'un demi-million de filles et de garçons ainsi que les soins de santé de base pour près de 2 millions de personnes, a-t-il ajouté.

Le rythme des dons, a-t-il ajouté, ne peut pas suivre les besoins d'une population croissante.

L'UNRWA connaît depuis longtemps des difficultés financières, mais la situation s'est aggravée à la lumière de la pandémie de Covid-19 et de la guerre russo-ukrainienne. 

"La situation en Ukraine a exacerbé l'augmentation notable des prix des denrées alimentaires et des produits de base, affectant sérieusement l'économie des ménages des réfugiés palestiniens", a déclaré M. Lazzarini.

Les taux de pauvreté ont atteint 80 % au Liban, en Syrie et à Gaza, et "trop de réfugiés palestiniens déclarent vivre avec un seul repas par jour", a ajouté M. Lazzarini.

"J'ai lancé un appel à tous les donateurs pour qu'ils veillent à ce que les réfugiés palestiniens ne deviennent pas les dommages collatéraux des événements en Ukraine", a-t-il ajouté. 

Jeudi, l'ONG UN Watch, a indiqué avoir recensé une vingtaine d'incidents où des enseignants de l'UNRWA ont incité à la violence et à l'antisémitisme sur les réseaux sociaux.

Cet article a reçu 14 commentaires