Israël: 193 roquettes tombent sur le pays en cette première nuit de l'opération "Aurore"

i24NEWS

2 min
Une photo prise le 5 août 2022 montre des roquettes palestiniennes tirées depuis la ville de Gaza en représailles aux précédentes frappes aériennes israéliennes.
AP/ Adel HanaUne photo prise le 5 août 2022 montre des roquettes palestiniennes tirées depuis la ville de Gaza en représailles aux précédentes frappes aériennes israéliennes.

"Nous nous préparons à une opération d'une semaine"

Israël a vécu une première nuit sous les roquettes. 193 roquettes ont été envoyées par le Jihad islamique, dont 130 ont pénétré en Israël. A 4h30, les alertes aux roquettes et les frappes israéliennes avaient diminué, du moins temporairement.  Vers 8h, les sirènes d'alerte ont repris dans les villes du sud, mais aucune victime ni dégât ne serait à déplorer.

De son côté, l'armée israélienne a estimé avoir tué 15 combattants du Jihad islamique dans ses frappes ayant commencé vendredi après-midi, ciblant notamment des sites de fabrication d'armes. Elle a également affirmé avoir arrêté une dizaine de terroristes en Cisjordanie dans la nuit. Le ministère de la Santé à Gaza a lui fait état de dix morts, "dont une fillette de cinq ans", et de 79 blessés.

Video poster

"Nous nous préparons à une opération d'une semaine et, si nécessaire, à davantage. Nous avons actuellement des dizaines de drones dans les airs", a affirmé le porte parole de Tsahal. "A nos ennemis, et particulièrement aux responsables du Hamas et du Jihad islamique palestinien, je voudrais insister: votre temps est compté", a répondu vendredi le ministre israélien de la Défense Benny Gantz.

"L'ennemi sioniste a commencé cette agression et doit s'attendre à ce que nous nous battions sans relâche", a déclaré le secrétaire général de l'organisation terroriste, Ziad al-Nakhala, dans un entretien avec la télévision libanaise Al-Mayadeen, à Téhéran, la capitale iranienne.

A Ramallah en Cisjordanie, la présidence palestinienne a condamné "l'agression israélienne". L'émissaire de l'ONU pour le Proche-Orient, Tor Wennesland, s'est dit "profondément préoccupé", s'alarmant dans un communiqué d'une "très dangereuse escalade".

L'armée israélienne avait ordonné mardi la fermeture des passages frontaliers à Gaza.

Cet article a reçu 8 commentaires