Quantcast i24NEWS - Le Hezbollah a un rôle politique au Liban, admet Tillerson avant une visite à Beyrouth

Le Hezbollah a un rôle politique au Liban, admet Tillerson avant une visite à Beyrouth

US Secretary of State Rex Tillerson is in Egypt where he had dinner with his Egyptian counterpart Sameh Shoukry and is expected to meet President Abdel Fattah al-Sisi
Raul ARBOLEDA (AFP/File)

Le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, a admis mercredi que l'organisation terroriste libanaise pro-iranienne Hezbollah, faisait partie du "processus politique" au Liban, à la veille d'une visite à Beyrouth dans le cadre d'une tournée au Moyen-Orient.

M. Tillerson, qui répondait aux questions des journalistes lors d'une visite en Jordanie, a affirmé le soutien de Washington à "un Liban libre, démocratique et échappant à l'influence des autres". 

"Et nous savons que le Hezbollah libanais est influencé par l'Iran, une influence que nous considérons nuisible pour l'avenir du Liban à long-terme".

Cependant, a souligné le responsable américain, "nous devons aussi reconnaître la réalité, le fait qu'il (le Hezbollah) fait également partie du processus politique au Liban".  

Considérée par les Etats-Unis comme un groupe "terroriste", la formation chiite armée est un poids lourd de la vie politique libanaise mais elle a également joué un rôle clé dans la région notamment dans le conflit en Syrie.

L'influence du Hezbollah était au coeur d'une crise politique au Liban qui a vu le Premier ministre, Saad Hariri, démissionner en novembre avant de revenir sur sa décision après avoir obtenu des partis libanais la réaffirmation d'une "distanciation" du Liban par rapport aux crises régionales, le bras de fer irano-saoudien notamment.

Le secrétaire d'Etat américain doit avoir des entretiens à Beyrouth "sur  l'avenir du Liban", a-t-il expliqué, affirmant le soutien de Washington au "processus démocratique là-bas et au renforcement des forces armées libanaises, afin qu'il y ait une force de sécurité légitime sous le contrôle du gouvernement du Liban."

Commentaires

(0)
8Article précédentDamas nie "posséder" des armes chimiques, dont l'utilisation est "inacceptable"
8Article suivantLa Syrie "repousse" des avions de surveillance israéliens