Quantcast i24NEWS - La centrale électrique de Gaza en arrêt faute de carburant

La centrale électrique de Gaza en arrêt faute de carburant

Des enfants jouent près de la Centrale électrique de Nusairat, dans la bande de Gaza, 12 janvier 2017.
AP

La centrale électrique de la bande de Gaza, qui fournit environ un cinquième de l'électricité dans ce territoire, a cessé de fonctionner jeudi faute de carburant, selon des responsables, à l'heure où beaucoup tirent la sonnette d'alarme au vu de l'aggravement croissant de la crise humanitaire.

Les Gazaouis ne reçoivent du réseau public que quelques heures d'électricité par jour. De nombreux foyers et services, comme les hôpitaux, s'en remettent à des générateurs.

Mohammed Thabet, porte-parole de la compagnie gazaouie qui distribue l'électricité, a dit avoir été informé à minuit de l'arrêt de la centrale en raison d'un manque de carburant.

Le combustible est importé d'Egypte via le point de passage de Rafah que Le Caire maintient quasiment en permanence fermé à l'exception de quelques dizaines de jours par an.  

Amputés des 20 mégawatts produits chaque jour par la centrale électrique, ne restent aux habitants de l'enclave que les 120 mégawatts importés d'Israël.

Mais "l'enclave a besoin d'environ 500 mégawatts (par jour). Nous avons un déficit énergétique de 350 mégawatts", assure M. Thabet.

AFP PHOTO/MAHMUD HAMS

La compagnie de distribution a appelé dans un communiqué à une action rapide pour alimenter de nouveau la centrale en carburant.  

Preuve de la gravité de la situation, les Emirats arabes unis ont consenti la semaine dernière un financement en urgence pour pallier la pénurie de combustible et permettre ainsi à une vingtaine d'établissements médicaux de reprendre pleinement leurs activités. 

Environ deux tiers des 1,9 million de Gazaouis sont tributaires de l'aide étrangère pour vivre. L'enclave, gouvernée par le groupe terroriste Hamas, est en proie à une crise humanitaire chronique.

L'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, a prévenu plus tôt ce mois que Gaza était au bord "d'un effondrement total". Le territoire est miné par les conflits, la pauvreté, le chômage, le marasme économique, les pénuries d'eau et d'électricité. Des entreprises du secteur privé à Gaza avaient organisé une gréve générale il y a deux semaines pour protester contre la situation économique.

A lire sur le sujet: 

"C'est dans l'intérêt d'Israël de gérer la crise à Gaza" (ex-chef du Shin Bet, Yaakov Peri, à i24NEWS)

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël et Hezbollah au coeur de la visite éclair de Tillerson au Liban
8Article suivantEgypte: le Sinaï, foyer potentiel pour les djihadistes de Syrie et d'Irak (armée)