Quantcast i24NEWS - L'Egypte et l'Arabie Saoudite exhortent Abbas à accepter l'accord de paix US

L'Egypte et l'Arabie Saoudite exhortent Abbas à accepter l'accord de paix US

Palestinian President Mahmoud Abbas, second right, gestures as he addresses a meeting of the Central Committee of the Palestine Liberation Organization (PLO) in the West Bank city of Ramallah, Tuesday, Dec. 15, 2009.
AP Photo/Majdi Mohammed
Les dirigeants égyptien et saoudien ont dit à Abbas de ne pas continuer à défier Israël et les Etats-Unis

Les dirigeants égyptien et saoudien ont exhorté le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à accepter l'accord de paix qui sera offert par les Etats-Unis, ont indiqué jeudi deux conseillers d'Abbas à i24NEWS.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont tous deux averti Abbas qu'il n'avait pas d'autre choix que d'être "pragmatique".

Selon les conseillers, les Arabes doivent également accepter les nouvelles réalités et acquiescer aux demandes des États-Unis sous le président Donald Trump.

Les dirigeants égyptien et saoudien ont demandé à Abbas de ne pas être "têtu" et de ne pas continuer à "défier Israël et les Etats-Unis".

Le chef de l'AP est maintenant sous pression tant sur le front étranger des pays arabes comme l'Egypte et l'Arabie Saoudite, que de sa propre circonscription qui est largement opposée aux mesures proposées par M. Trump.

La position de l'Egypte et de l'Arabie Saoudite va à l'encontre de la position déclarée d'Abbas et de beaucoup de ses responsables.

"Il n'y a pas de valeur pour un Etat palestinien sans Jérusalem comme capitale", avait souligné Saeb Erekat, le principal négociateur palestinien à la radio palestinienne en janvier.

M. Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d'Israël dans un discours prononcé à la Maison Blanche le 6 décembre, et a annoncé lundi au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou qu'il pourrait assister à l'ouverture prévue de l'ambassade américaine à Jérusalem en mai.

Le chef de l'AP a été informé que les dirigeants arabes des Etats arabes modérés, comme les Emirats Arabes Unis et la Jordanie, sont tous d'accord sur la "difficulté de tenir tête" à Trump et à Netanyahou simultanément, selon une source palestinienne.

M. Abbas a été conseillé par le prince héritier Mohammed bin Salman et le président El-Sisi de "prendre ce qui est offert", en particulier au rythme où Israël construit des implantations en Cisjordanie.

D'après des sources concordantes, Abbas aurait exprimé à un certain nombre de dirigeants arabes qu'il a rencontrés récemment qu'il craint d'être accusé de trahison par les Palestiniens.

Des diplomates arabes d'Egypte et d'Arabie Saoudite attendent de Washington qu'il annonce ses plans sur le Moyen-Orient dans les semaines à venir.

Les dirigeants arabes ont assuré à M. Abbas que la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et la décision de l'ambassade visaient à obtenir plus de concessions du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Jusqu'à présent, le président Abbas n'est pas convaincu et croit encore pouvoir contester l'administration américaine.

Commentaires

(6)

Oui l'Arabie saoudite et l'Égypte ont raison de demander à Abbas d'accepter le plan US

Ça me rappelle sadam Hussein qui descendait dans Bagdad, les troupes US à ses portes, en continuant à flamber. La forfanterie les tuera. Et les a tué...

Vous allez voir qu'il va faire le coup du mal de imaginaire et etre très mal en point pendant quelques mois

Malade imaginaire

au contraire qu' Abbas continue à défier Trump! il n aura plus si à prendre des mecs et retourner d ou ils vient

Je constate que la carte de la Palestine (au dessus d'Abbas) englobe la Judée, Tel-Aviv, Haïfa ...etc. Israël doit revendiquer la MEME Palestine que celle de Abbas : de la Mer au Fleuve et ne discuter d'une Paix qu'à cette condition. La discussion va être très courte.

8Article précédentLiban: le Hezbollah craint une attaque israélienne et déclare l'état d'urgence
8Article suivantSyrie: un convoi humanitaire est entré dans la Ghouta (CICR)